.:.Chronique.:.

Pochette

Zuydervelt, Rutger

Stay Tuned

[Baskaru::2014]

|01 Stay Tuned|

Pour le plus grand nombre, le nom de Rutger Zuydervelt n'est pas spécialement connu. Quand on sort celui de Machinefabriek, l'intérêt porté au bonhomme change radicalement. Enfin, si on s'intéresse un tant soi peu aux musiques expérimentales. Il n'en demeure pas moins que Zuydervelt délaisse quelque fois le nom de Machinefabriek pour se dévoiler sous son propre patronyme. Chose qui arrive de temps en temps dans ce petit monde. Ici, il n'est pas question de Zuydervelt seul. Stay Tuned est d'abord une installation sonore qui regroupe, hormis lui, 152 musiciens piochés dans le gratin de la musique d'avant-garde. On ne va pas tous les citer mais au moins ceux qui sont parmi les plus connu comme Phil Minton, Kenneth Kirschner, Stephan Mathieu, Andy Moor, Andrea Parkins, Richard Pinhas, Steve Roden, Cécile Schott, Stephen Vitiello, Richard Youngs... Chacun muni de son instrument ou de sa voix et disposés à la manière d'un orchestre lors d'une performance, les artistes sont chargés de jouer en boucle la note la. Pendant qu'ils jouent, les auditeurs peuvent déambuler parmi les musiciens pour une expérience sonore des plus particulière. Stay Tuned est l'incarnation de cette performance et un mix des différentes sonorités entendues, créant ainsi une sorte de kaléidoscope tonal assez saisissant. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, malgré la répétition d'une note unique, la multiplicité des instruments font de cette expérience une multitude de variations insoupçonnées. Pendant 50 minutes (et pas une seconde de plus) nous sommes comme ces spectateurs lors des ces performances (qui n'ont eu lieu que deux fois, la première en intérieur au Sounds Like Audio Art à Saskatoon au Canada, l'autre en extérieur au Great Wide Open à Vlieland aux Pays-Bas), on passe d'une sonorité à une autre, celles-ci se mêlant souvent les unes aux autres pour créer un corps unique et introspectif. On n'a donc pas forcément d'impression de répétition mais bien d'une construction faussement minimaliste qui s'étire tout en laissant apparaître des reliefs en fonction des moyens utilisés. Il fallait y penser et le résultat est des plus étonnant. A écouter sans modération pour en saisir toutes les nuances.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 28-10-2015

A voir également :

http://www.machinefabriek.nu/index.php/news/t-shirts

?>