.:.Chronique.:.

Pochette

Twilight Sad, The

Oran Mor Session

[Fat Cat Records::2015]

|01 Nobody Wants To Be Here and Nobody Wants To Leave|02 Last January|03 It Never Was the Same|04 Pills I Swallow|05 I Could Give You All That You Don't Want|06 Drown So I Can Watch|07 The Airport|08 Leave The House|09 I Couldn't Say It To Your Face|

Après le très remarqué Nobody Wants To Be Here and Nobody Wants To Leave, les écossais de The Twilight Sad étaient partis pour une tournée qui s'annonçait triomphale. Pour promouvoir cette tournée, le groupe s'était mis en tête de réaliser un ep de titres retravaillés et de face B. A force de réflexion, que l'on imagine très poussée, l'ep s'est transformé en album avec l'ajout de quelques titres. Mais il fallait également que ce soit quelque chose de spécial. Quelque chose qui n'avait pas grand chose à voir avec ce qui avait pu se faire avant. Pour ce faire, le groupe a choisi le chemin de l'intimité. Une simple guitare et la voix de James Graham comme simples appareils. The Twilight Sad quasiment à nu, sans artifices et sans le clinquant d'une production trop riche. Par le simple fait d'une interprétation épurée, les écossais donnent une nouvelle dimension à leurs morceaux, une magie différente et tout aussi touchante. Et pourtant, ce n'était pas gagné d'avance. Ce genre d'exercice n'est pas toujours aisé car il faut trouver le ton juste, la bonne tonalité et surtout ne pas surjouer au niveau émotionnel. En soi, il faut avoir le bon équilibre et The Twilight Sad le possède. On ne sait si la chose a été difficile à accomplir mais les faits sont là. Morceau après morceau, The Twilight Sad imprime une luminosité qu'on ne soupçonnait pas forcément dans les précédents disques du groupe. Nobody Wants To Be Here and Nobody Wants To Leave les ont fait grandir d'un coup alors que c'était leur quatrième album. Avec Oran Mor Session, qui est aussi le nom du lieu auquel ils ont enregistré, se donnent une bouffée d'air frais mais pas seulement. Ils parviennent aussi à capitaliser (quel mot horrible...) leur toute nouvelle notoriété. Dans le fond, Oran Mor Session n'est pas qu'un simple amusement ou un objet promotionnel. C'est surtout la volonté d'un groupe de montrer qu'il a plusieurs cordes à son arc et qu'il est capable de changer de visage quand les circonstances l'exigent. Ici, The Twilight Sad fait montre d'une belle maîtrise de son art en donnant un nouvel éclairage à des morceaux qui brillaient déjà de milles feux ainsi qu'à d'autres qui étaient destinés à rester en arrière plan. On ne boude pas notre plaisir.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 06-10-2015

A voir également :

http://www.thetwilightsad.com/

?>