.:.Chronique.:.

Pochette

Wollscheid, Achim & Schreiner, Bernhard

Calibrated Contingency

[Baskaru::2014]

|01 Calibrated Contingency|

Eloge du bruit, apologie du parasitisme, de la distorsion, de l'interférence. C'est un peu le résumé que l'on pourrait faire de cet enregistrement live fait au Kunsthaus de Graz en 2011 par Achim Wollscheid et Bernhard Schreiner. Si Wollscheid est connu pour ses différents projets comme S.B.O.T.H.I. et au sein de P16.D4, son comparse du jour est moins porté vers les considérations industrielles, donnant à ses créations une coloration plus esthétisante. En clair, Schreiner est plus tourné vers les installations sonores. Quoi qu'il en soit, leur association n'était pas forcément antinomique. Et dans le cadre d'une expérience live cela pouvait fonctionner. Calibrated Contingency est le fruit de cette expérience pas si banale que cela. Ce live a laissé libre cours à l'improvisation des deux hommes mais ceux-ci n'étaient pas côte à côte et ne voyaient absolument ce que l'autre pouvait faire. En effet, Wollscheid et Schreiner étaient séparés par un mur alors que des baffles étaient positionnées sur une ligne de séparation en face du public. Ainsi, Wollscheid et Schreiner interagissait en fonction de ce qu'ils entendaient. Le résultat est cette longue pièce de quarante sept minutes qui est bien une interaction sonore, une battle abstraite et cérébrale entre deux concepteurs sonores qui se renvoient la balle mais qui, aussi, savent fonctionner en plein accord. Ici, les deux hommes semblent décortiquer les sons mais la plupart du temps les deux hommes construisent, déconstruisent pour reconstruire à nouveau. Ils ne se laissent pas s'installer dans une routine sonore qui n'apporterait de toute façon rien de plus. Pour autant, malgré l'originalité de l'installation, le résultat reste assez souvent académique et n'apporte pas beaucoup de surprise. Reste la beauté formelle de la chose qui ne laisse jamais l'auditeur sur le même pieds. Celui-ci passe d'un tableau à l'autre avec ce sentiment que le boulot a été parfaitement accompli.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 31-05-2015

A voir également :

http://www.baskaru.com/karu34.htm

?>