.:.Chronique.:.

Pochette

Mein Sohn William

Every Day, In Every Way

[Ici d'Ailleurs::2014]

|01 Leather|02 Until the Beginning|03 Follow Your Lead|04 Rebecca|05 Interlude - La forêt|06 Words|07 Always the Same Time|08 End World's Not Today|09 Avoid|10 No Longer Walk|11 Interlude - La piscine|12 Théorie du complexe|13 Famille|14 Dear Husband|15 He Tries So Hard|

A la première écoute, il faut être franc, il était difficile de croire que Every Day, In Every Way soit sur un même pied d'égalité avec le premier album de Mein Sohn William. On pouvait se dire que la petite plaisanterie avait fait long feu et que Dorian Taburet allait rentrer dans le rang. En fait, il ne fait jamais sous-estimer les gens et encore moins ce qu'ils font. Certes, il était difficile de rééditer l'exploit et il fallait bien digérer l'avalanche de compliments et de sollicitations qui avaient suivi le premier opus du bonhomme bien aidé par sa performance remarquée aux Transmusicales. Le challenge se situe bien là. Ne pas se perdre, ne pas s'épuiser et garder la même impulsion des premiers jours. Pas facile. Pour ce faire, Mein Sohn William est devenu un duo. En effet, Antoine Bellanger (Belone Quartet, Gratuit), qui faisait déjà parti de l'aventure du mini album paru en 2012 sur Ici d'Ailleurs, fait désormais office de second membre de l'entité Mein Sohn William. Restait à savoir si Antoine Bellanger était capable de suivre la cadence. En tout état de cause, ceui-ci n'est pas venu pour calmer les ardeurs de Dorian Taburet. Parce que non, Mein Sohn William ne s'est pas calmé et même si la surprise n'est plus au rendez-vous ou que Every Day, In Every Way n'est pas du même bois que son prédécesseur, il ne serait pas très opportun de dire que le désormais duo est déjà à bout de souffle. Non, car Mein Sohn William se donne visiblement du mal pour ne pas être une formation comme les autres. Et pour arriver à se résultat les deux hommes n'ont pas à se forcer. Ils ne font que suivre leur propre nature qui consiste à faire une musique bondissante, jouissive, sans haine ni colère et qui se veut le plus inventive et décontractée possible. Si Every Day, In Every Way est moins surprenant, il n'en est pas moins travaillé. Il est clair que Dorian Taburet et Antoine Bellanger, en plus de se faire plaisir, mettent tout ce qu'ils ont pour que le moment soit le plus agréable et attractif possible. Pour autant, les deux zigues ne sont pas des bêtes de concours mais cette pop post-matheuse est bien le fait de musiciens qui tiennent à vivre leur musique comme des épicuriens plutôt que de donner l'impression de jouer sa vie sur des compositions pas toujours très honnêtes. Evidemment, malhonnête, Mein Sohn William ne l'est pas et ce second opus prouve malgré tout qu'ils sont toujours dans le coup. Sans problèmes.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 28-05-2015

A voir également :

http://meinsohnwilliam.com/

?>