.:.Chronique.:.

Pochette

Centenaire

Somewhere Safe

[Clapping Music::2014]

|01 Where to Go|02 Goobye Good Times|03 Somewhere Safe|04 When it Fall Fell Down|05 Inside War|06 Maps Can't Be Wrong|07 The Truth About Those Who Pretend to Be Your Friends|08 The Underground|

La question qui nous taraudait avant d'écouter ce troisième album de Centenaire était de savoir si le groupe allait rester lui même après le départ d'Orval Carlos Sibelius. Ce dernier ayant choisi de privilégier sa carrière solo, Centenaire se retrouvait dès lors sous forme de trio et perdait là un membre de poids. Mais des membres de poids il n'y a que ça dans Centenaire. Pourquoi dire qu'il y aurait quelqu'un au-dessus des autres dans ce groupes quand on connaît le parcours de chacun ? Ce serait un peu ridicule. Entre Damien Mingus aka My Jazzy Child, Stéphane Laporte aka Domotic et Aurélien Potier (que l'on aura notamment vu aux côtés de Matt Elliott), il est difficile de dire que l'on ait affaire de musiciens de second plan. Bien au contraire, Centenaire, depuis quelques années, fait vraiment office de super groupe même s'il n'est pas assez reconnu à notre goût. Cela pourrait-il changer avec Somewhere Safe ? Pas si sur que ça mais cela ne pourra pas être pire. Pourtant, Somewhere Safe est un album d'une très grande qualité. Centenaire est à un moment de sa vie artistique où le groupe prend vraiment de la hauteur et entreprend une évolution qui tend vers un rock plus psyché mêlé de garage, de krautrock et de no wave. En ce sens Centenaire se veut plus électrique, plus sale, plus méchant dans les grands lignes mais sans être hargneux pour autant. Certes, la musique de Centenaire prends de l'ampleur, elle se muscle mais elle ne perd pas non plus de vue les fondamentaux qui ont été les siens sur les albums précédents (Centenaire, The Enemy). Le trio prend les risques qu'il faut, met en jeu sa réputation. En clair ils se mettent en danger. Les morceaux n'ont pas cette évidence pop qui rendrait les choses plus faciles. Non, Centenaire a toujours été dans des ossatures mélodiques plus complexes et progressives avec ce sentiment à chaque fois que l'on en train de gravir des façades montagneuses escarpées. Mais cela vaut le coup car une fois au sommet il est difficile de regretter l'escalade. D'autant plus que celle-ci se révèle des plus exaltantes. Alors oui, Centenaire sort ici un peu du cadre d'une musique un trop propre sur elle. La saleté sonore a aussi ses avantages et elle va à ravir aux circonvolutions mélodiques du groupe. Le plaisir est là et le voyage, une fois de plus, n'est pas inutile. Comme il est tout à fait inutile de retenir son souffle, Centenaire confirme ici qu'il est l'un des groupes les plus importants de ces dernières années dans l'hexagone.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 25-04-2015

A voir également :

http://clappingmusic.com/

?>