.:.Chronique.:.

Pochette

Portico

Living Fields

[Ninja Tune::2015]

|01 Living Fields|02 101|03 Where Are You|04 Atacama|05 Colour Fading|06 Dissolution|07 Bright Luck|08 Brittle|09 Memory of Newness|

Anciennement Portico Quartet, le groupe s'est transformé en trio après le départ de Ker Veine qui, lui même, avait déjà remplacé Nick Mulvey parti vaquer sous d'autres cieux en 2011. Nouvelle recrue de Ninja Tune et ancien pensionnaire de chez Real World, Portico apparaît comme une formation mélant Nu Jazz, downtempo, art pop et chamber pop. Living Fields est de ces disques organique, qui se laissent un peu porter par le vent avec une douce mélancolie et évoluant dans un environnement vaporeux et cotonneux. C'est joli, limpide, bien exécuté mais tout cela est un peu à sens unique. Portico semble se spécialiser dans les ballades futuristes et brumeuses mais sans chercher à aller plus loin. Ne soyons tout de même pas trop rude puisque la formule est bien rodée et fonctionne plutôt bien. Living Fields est un album propre dont on ne peut douter de la finesse des morceaux. Dire le contraire serait assez malhonnête. La délicatesse du propos nous berce allègrement et nous renvoie à un monde onirique, sans souffrance, juste avec cette bonne dose de sentiments apaisants qui vous délivre de tout le stress inutile qui vous ronge inutilement les sangs. On n'aura évidemment pas l'audace de hurler au génie tant ce qui nous est présenté ici fait partie de cette pop ambiant qui aura pu nous accompagner ces trente dernières années. Ce n'est pas leur faire injure que de dire cela mais au delà de la beauté esthétique et d'écriture de Living Fields on sait pertinemment que ce ne sera pas le disque qui va peser de tout son poids dans l'histoire de la musique. Sa beauté formelle marchera le temps nécessaire avant que l'on se lasse sans que l'on puisse dire avec exactitude si ce temps sera plus ou moins long. C'est toujours un peu le même problème avec ce genre de disque un peu nonchalant. On les aime bien, ils ne sont pas forcément fatigant ou usant, ils ont une force de séduction indéniable mais cela ne suffit pas à faire de Living Fields un grand disque. Ce qu'il est est déjà suffisant et n'a sans doute pas besoin d'en faire plus. Il est à sa place, dans la palanquée d'albums ni extraordinaire et loin d'être catastrophique. C'est un peu bâtard comme situation mais qu'ils se rassurent, Portico ne sont pas les seuls dans cette situation. Loin de là.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 05-04-2015

A voir également :

http://www.porticomusic.co.uk/

?>