.:.Chronique.:.

Pochette

Sister Iodine

Blame

[Premier Sang::2013]

|01 Blanc Domaine|02 Druga Blaze|03 Ø|04 Cuntres|05 Strobes|06 Obscurity Falls|07 Odd Devaste|08 Emprise|09 Ambulance|10 Zone Anemie / Main Ocean|

On aurait pu croire qu'avec le temps Sister Iodine se serait assagi. Il n'en est rien. Pour autant, s'assagir n'aurait eu aucun intérêt pour un groupe comme celui-ci. Des premiers émois suscités par ADN115 (en tout cas en ce qui me concerne) jusqu'à aujourd'hui, Lionel Fernandez, Erik Minkkinen et Nicolas Mazet, n'ont jamais baissé la garde. Leur retour, après une bonne dizaine d'années d'absence aura montré à quel point Sister Iodine nous avait manqué et qu'ils avaient toujours leur place au sein de la mouvance noise et expérimentale. Sister Iodine est le genre de formation terrifiante qui vous pousse dans vos derniers retranchements et c'est bien ce qui se passe avec Blame, leur cinquième album studio en une vingtaine d'années d'existence. On en attendait d'ailleurs pas moins. Sinon quel aurait été l'intérêt d'écouter un Sister Iodine qui serait subitement rentré dans le rang  ? Aucun, assurément. Sister Iodine est le groupe transgressif par excellence et de ce fait, il est assez difficile de revenir en arrière ou de changer même si tout est possible. D'une brutalité inouïe, aux tonalités quasi cauchemardesques et béatifiant une certaine idée de la distorsion bruitiste qui pourrait se rapprocher d'une sorte de masochisme sonore tel qu'on peut le pratiquer au Japon, par exemple, ou comme chez Naked City, à l'autre bout de la planète. Blame est donc une épreuve, un défi à l'entendement et une expérience noise anxiogène comme elle se doit de l'être à chaque fois. Sister Iodine a toujours été au fait de son art et poursuit ici son entreprise de démolition où la rage, la tension et une sorte de violence exerce sur vous une attirance presque malsaine. Si Blame ne vous laisse pas sur le carreau, il vous épuise totalement. Il faut comprendre par là que ce disque est physique et vous prend littéralement à la gorge. Sister Iodine agit comme un prédateur qui ne lâche pas sa proie et qui finit sadiquement par s'amuser avec. Mais s'il ne s'agissait que de créer une ambiance malsaine et glauque on n'aurait pas forcément eu besoin du trio français. En effet, nombreux sont ceux qui savent déjà faire cela. Pour sa part, Sister Iodine n'est pas de ceux qui ne font que poser un décor sonore qui n'aurait rien à raconter. Blame va au-delà du simple affrontement brutal et saturé. Il n'est certes pas question de finesse mais bien d'une expérience où la torsion du son, sa mise à mal et sa maltraitance globale est poussée dans une logique qui vous bouscule inévitablement. Blame est un disque qui ne laisse pas de place au doute ni à l'ambiguïté. C'est un peu comme si on vous traînait sur une centaine de mètres sur un sol granuleux et poussiéreux. Fatalement, on en sort pas indemne.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-02-2015

A voir également :

http://www.sister-iodine.net/

?>