.:.Chronique.:.

Pochette

In Slaughter Natives

Cannula coma legio

[Cyclic Law::2014]

|01 Plague Walk My Earth|02 Definition of Being Alive|03 Silent Cold Body|04 Venereal Comatose: Closed My Eyes|05 Left Arm Right Arm As My Path|06 Gaudium et alia vitia|07 Ignis et Scalpello: Angel Meat|08 Three Three Three|

Une décennie pour voir un nouvel album de In Slaughter Natives survenir à la surface du monde. Jouni Havukainen avait bien sorti un album live en 2011 (Insanity & Treatment), mais est-ce que cela compte vraiment ? En tout cas, le suédois est réellement revenu aux affaires quand bien même Cannula coma legio ne serait qu'un vrai-faux nouvel opus. Parce que oui, le fan de longue date ne se laissera pas berner. Ce disque ne comprend que trois réels inédits, les autres titres étant des morceaux qui ont été retravaillé et, par conséquent, déjà existant dans le passé de In Slaughter Natives. Et quand il est question de remodelage celui-ci est total et radical, ce qui donne vraiment l'impression d'avoir quelque chose de neuf à se mettre au creux de l'oreille. On fera avec et qu'à cela ne tienne car il se murmure qu'un autre album serait en cours de réalisation. Mais là n'est pas vraiment le sujet. Cannula coma legio nous fait replonger dans le martial-industrial le plus noir que cette terre ait jamais portée. Ni plus, ni moins. Dès Plague Walk My Earth on comprend que In Slaughter Natives est revenu avec des intentions plus qu'ambitieuses. Si le martial-industrial a toujours eu cette rigidité pleine d'emphase qui ne l'a jamais quitté et qui ne le quittera sans doute jamais, Havukainen se réserve le droit d'aller au-delà, histoire de ne pas faire comme ses petits camarades, permettant ainsi de se distinguer et de jouer les premiers rôles. Ainsi, Cannula coma legio apparaît comme un summum de dark ambient martiale qui déploie une palette sonore qui vous entraîne dans un abîme des plus mortifère. Entre la solennité de la chose et son côté imposant, In Slaughter Natives propose différents niveaux structurels qui dépassent l'impression monolithique qui se dégage trop souvent du dark ambient. Clairement, In Slaughter Natives nous tient dans le creux de la main, nous laissant sous la menace angoissante d'une descente inexorable vers les abysses. Peu sont ceux qui ont pu atteindre comme lui un tel degré de noirceur et d'ambiance anxiogène. C'est peut-être pour cela que Jouni Havukainen est si rare et que chacun de ses albums sont un modèle du genre.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 02-01-2015

A voir également :

http://www.inslaughternatives.com/

?>