.:.Chronique.:.

Pochette

Lorelle Meets the Obsolete

Chambers

[Sonic Cathedral::2014]

|01 What's Holding You ?|02 The Myth of the Wise|03 Dead Leaves|04 I Can't Feel the Outside|05 Music for Dozens|06 Grieving|07 Sealed Scene|08 Third Wave|09 13 Flowers|10 Thoughts About Night Noon|

Il serait tentant de dire que le rock psyché tendance garage et avec une pointe de shœgaze n'est qu'une sonorité du passé et qu'il ne saurait être autre chose. Pourtant celui-ci subsiste, résiste au temps et semble ne pas vouloir ni mourir ni disparaître. Un peu comme tous les autres genres d'ailleurs qui trouvent dans les nouvelles générations des candidats dévoués pour perpétuer une certaine idée de la musique. Il y aura ceux qui défendront cet état de fait d'une manière presque anthropologique, d'autres qui trouveront en cela la preuve irréfutable de la vacuité de la musique actuelle et d'autres qui s'en foutront comme de leur première communion. Lorena Quintanilla et Alberto Gonzales ne sont clairement pas dans le camps de ceux qui expérimentent à mort espérant pousser quelques nouvelles portes encore jamais ouvertes. Chambers, leurs troisième opus quand même, est un beau disque, bien conçu, bien écrit, à l'aise dans ses baskets. Il imprime parfaitement l'image que l'on se fait de ce type de musique. En fait, Lorelle Meets the Obsolete c'est un peu Electric Wizard, le côté doom en moins. Quoi qu'il en soit, Chambers est un disque rondement mené et intelligemment dirigé. Les ambiances y sont parfaites, caverneuses mais aussi pétries d'une énergie toute aussi électrique que mystérieuse. La voix brumeuse de Lorena Quintanilla y fait sans doute pour beaucoup mais pas que. Le duo fonctionne en symbiose et forme un tout qui ne peut se disloquer. C'est un peu comme une aventure fantastique, un périple hallucinatoire dans le désert mexicain. En tout cas, Lorelle Meets the Obsolete ne font pas les choses à moitié et Chambers fait son petit effet. Une bonne surprise, dans le fonds, qui n'aurait pu être qu'un exercice de style sans trop de reliefs. Au contraire, nos mexicains n'aiment pas trop les routes trop droites. Ils préfèrent quand celle-ci sont difficiles à pratiquer et qu'elles vous emmènent vers des territoires à la beauté stimulante. Rien que cela justifie l'écoute de cet album.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 23-10-2014

A voir également :

http://obsoletelorelle.bandcamp.com/

?>