.:.Chronique.:.

Pochette

NLF 3

Pink Renaissance

[Prohibited Records::2014]

|01 Pink Renaissance|02 Kalimba Song|03 Chromatic|04 Asvattha|05 Rise|06 Three Dances|07 The Stellar Friendship|08 Comets|09 Rosen|

Depuis Viva! nous n'avons jamais manqué un rendez-vous avec NLF 3. En fait, c'est comme si vous retrouviez un ami de longue date que vous ne voyez que trop peu souvent. Le moment est fébrile et nerveux mais cela ne dépasse pas l'excitation qui vous habite. Pourtant, on a toujours peur que cela ne soit pas comme avant, que l'ami de jadis ne soit plus le même, qu'il n'ait, finalement, plus grand chose à vous dire pour, enfin, se rendre compte que vous n'avez presque plus rien en commun. Et c'est dans ce cas là que vous avez le sentiment que vous vous retrouvez avec un inconnu. Alors, oui, NLF 3 n'a pas toujours été le même et fort heureusement. C'est bien pour cela que 15 ans après sa création, le trio a toujours des choses à nous dire et à nous faire entendre. Pink Renaissance n'est certes pas l'album du renouveau pour eux mais il montre le caractère changeant, cette profusion d'idées et cette image de laboratoire sans cesse en activité qui les pousse à ne jamais rester sur leurs propres acquis. Et c'est sans doute la chose la plus difficile pour un groupe. Comment se renouveler sans pour autant se perdre ? Là est toute la question à laquelle bon nombre de groupes et d'artistes ne se posent même plus se contentant de tourner en rond, usant la même recette jusqu'à la corde au point de ne plus savoir quoi faire d'autre. En ce qui concerne NLF 3, cela n'aura jamais été le cas. Un article de Julien Bécourt (qui officie chez Vice) servant de présentation à Pink Renaissance évoque bon nombre de noms pour parler du disque. Mais si on doit en retenir un seul c'est sans doute celui de François de Roubaix. Indéniablement, c'est qui ressort de Pink Renaissance, ces caractéristiques futuristes, spatiales, cette pop aérienne qui va bien au-delà de la stratosphère et qui ne font rappeler que trop les divagations électroniques du compositeur disparu. Bien sur Pink Renaissance n'est pas une reproduction à l'identique. Ce disque serait peut-être ce que François de Roubaix aurait fait si il était encore vivant de nos jours. En tout cas, cela aurait été une évolution logique. De fait, les retrouvailles avec ce trio magique se fait dans les meilleures conditions possibles et le moment que l'on passe avec eux semble trop court. Alors, on essaye de retarder les choses, on pousse le vice à appuyer à nouveau sur la touche play voire à enclencher le mode repeat. Parce que oui, Pink Renaissance semble infatigable du fait de sa limpidité, sa légèreté mais aussi parce que il n'y a pas vraiment de morceaux par défaut ici. Du grand et du bon NLF 3 pour un disque presque candide mais tout à fait jouissif et volontaire. Ainsi, ce n'est pas de soulagement que l'on soupire mais bien de bonheur.

note : 9

par Fabien, chronique publiée le 14-10-2014

A voir également :

http://nlf3.com

?>