.:.Chronique.:.

Pochette

Nilsen, BJ & Stilluppsteypa / Courtis, Anla

Golden Circle Afternoon

[Editions Mego::2014]

|01 Aurora Australis|02 Fish Is God|

On commence à avoir l'habitude. L'association entre BJ Nilsen et Stilluppsteypa perdure et ce pour le plaisir de tous. Enfin presque. Non, parce que il n'est un secret pour personne que les deux entités ne sont pas à même de remplir les stades et n'ont pas vocation à le faire. De fait, ils s'adressent à un public averti et suffisamment armé pour appréhender les musiques dîtes expérimentales et pour le moins tordues. Une fois n'est pas coutume, le «  duo  » intègre un nouvel intervenant en la personne de Anla Courtis, musicien au cv long comme le bras (collaborations avec notamment Damo Suzuki, Pauline Oliveros, KK Null, Eddie Prévost, Lasse Marhaug, Mats Gustafsson, Alan Licht, Jazzkammer...) qui intervient ici comme un compagnon de route discret mais essentiel. Composé de deux longues pièces, Golden Circle Afternoon est l'incarnation de la fantasmagorie débordante des protagonistes qui créent une musique acousmatique foisonnante et volontairement délayée. Dans la lancée des précédentes productions, Nilsen, Stilluppsteypa et Courtis se montrent plus volubiles et plus portés vers les rythmes sans oublier de noyer tout cela dans des nappes électroniques abyssales. On surprend alors nos bidouilleurs à s'orienter vers des schémas noises et post-industriels, faisant évoluer la ligne sur laquelle ils avaient d'abord débuté faisant ainsi ressortir des images qu'on n'oserait même pas imaginer. Là encore, comme souvent dans ce genre de cas, on fait s'associer le réel (field recordings, enregistrements de voix...) avec des constructions sonores artificielles. Il s'agit dès lors de faire cohabiter le tout et de lui donner plus qu'un semblant de cohésion. Et, une cohésion, il y en a bien une qui même si elle peut apparaître assez abstraites pour l'auditeur lambda est, en fait, des plus concrète faisant état de sensations diverses basées sur des éléments naturalistes et des situations de vie. Les nuances sont nombreuses et elles vont bien au-delà de l'accident sonore ou de l'exploitation hasardeuse et/ou linéaire de la matière. Ici tout est affaire de contrastes, de contre pieds, de vagabondages électroacoustiques, d'explorations esthétiques évoquant tout le lointain comme la proximité. Golden Circle Afternoon est donc de ces disques complexes qui ne délivre pas tous ses secrets dès la première écoute. C'est un effort de longue haleine qui peut se révéler passionnant tant ces deux compositions sont protéiformes et pleines de surprises.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 28-09-2014

A voir également :

http://editionsmego.com/

?>