.:.Chronique.:.

Pochette

Rippers, The

Stiff

[Gigors Electric::2013]

|01 X-Ray Flavour|02 Fake|03 Tell Me 'bout the Kink in the Things You Think|04 Mojocaïne|05 Black Heart Blues|06 Beausoleil|07 Sapphires|08 Not to Touch the Earth|09 Stranger|

Avant que The Rippers fut, c'est à dire en 2008, le groupe s'appelait DDK et avait une préférence pour les reprises des Dead Kennedys. Cependant, on ne peut pas faire toute une carrière, ou quelque chose qui y ressemble, en se contentant de faire des reprises d'un groupe qui est passé dans la légende. Dès lors, agrémenté de deux membres supplémentaires, le groupe change de nom et prend son destin en main en sortant ses propres morceaux. La vie d'un groupe normal, en somme et pas de quoi se rouler par terre. A l'heure de leur premier album, il n'y a pas non plus de quoi sauter au plafond. The Rippers en est revenu des Dead Kennedys et même s'ils ne renient sûrement pas leurs amours d'antan, ils ont su évoluer et proposer autre chose. Certes, The Rippers ne fait pas dans le haut de gamme. Pas encore. Oscillant entre The Cramps et un rock middle of the road qui semble soigner un peu trop la forme plutôt que la profondeur et l'originalité, The Rippers a de la peine à étonner son monde. Qu'on se comprenne bien, Stiff est un album tout à fait correct qui ne montre pas vraiment de signes de faiblesses ni même de fautes de goût. Le disque est bien construit, solide et même assez convaincant mais à aucun moment il ne se montre très surprenant ou pouvant faire croire qu'il serait au dessus de la mêlée. Stiff reste un album de bon aloi, bien dans ses baskets mais qui mériterait un peu de se faire violence pour aller un peu plus loin. Pour l'instant The Rippers donne l'impression d'un groupe parfaitement rodé mais qui n'en est pas encore à prendre des risques inconsidérés. Ce n'est sûrement pas par manque d'assurance. Il faudra sans doute regarder du côté d'une évolution par étape d'un groupe qui n'en est plus à se chercher mais a besoin de se muscler encore un peu. Le potentiel est assurément là mais le grand frisson n'est pas encore pour maintenant. Pour autant les motifs d'espérance sont bien présents. Alors, oui, on peut y croire, certes, sans attendre le miracle mais au moins que The Rippers acquiert un peu plus de flambloyance.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 15-09-2014

A voir également :

https://www.facebook.com/pages/The-Rippers/268999896467165

?>