.:.Chronique.:.

Pochette

Sleepmakeswaves

...And So We Destroyed Everything

[Monotreme::2013]

|01 To You They Are Birds, To Me They Are Voices in the Forest|02 In Limbs and Joints|03 Our Time Is Short But Your Watch Is Slow|04 A Gaze Blank and Pitiless as the Sun|05 (Hello) Cloud Mountain|06 Now We Rise and We Are Everywhere|07 We Like You When You're Awkward|08 ...And So We Destroyed Everything|

Initialement sorti en 2011 sur le label australien Bird's Robe sur lequel on retrouve pèle mêle des groupes comme Panzer Queen, 65daysofstatic, Anubis, Voyager et Troldhaugen. Quoi qu'il en soit c'est la structure Monotreme qui ressort le disque agrémenté de neuf morceaux remixés avec plus ou moins de bonheur par 65daysofstatic (encore eux), Kyson ou AM Frequencies, dans une édition « Deluxe ». Dignes enfants de Explosion in the Sky et marchant aux côtés de formations comme Caspian, les australiens de Sleepmakeswaves ont des qualités certaines et ce And So We Destroyed Everything (deuxième album des larrons) est d'une belle facture. Non pas qu'il apporte un peu de renouveau dans le genre, les Sleepmakeswaves sont assez « classiques » dans ce registre, mais ils ont parfaitement compris comme le post-rock aérien et volumineux pouvait fonctionner. Ils reprennent ici tout ce qui a fait le charme d'un groupe comme EITS mais aussi en prenant garde de ne pas se laisser aller à la facilité tout en intégrant quelques touches électroniques. Entre long développement et morceaux plus courts, Sleepmakeswaves s'en sort plutôt bien faisant bien ressortir une lead guitare très en verve et un batteur insatiable. En gros et pour faire simple, les wallabies ne se loupent pas et savent parfaitement où ils vont. De la volonté, de la pertinence, pas vraiment de lourdeurs mais pas de grosses surprises non plus. Sleepmakeswaves fait le boulot avec sérieux, sans crispations et avec une réelle envie d'atteindre les sommets. Une belle aventure musicale qui si elle n'est pas originale a au moins ce mérite d'être bien écrite et construite. Une aventure, d'ailleurs qui continue car, outre cette réédition, Sleepmakeswaves a depuis sorti un autre album. Quand il est bien fait, le post-rock héroïque (que l'on peut aussi qualifier d'emo sans le côté péjoratif de la chose) est comme un diamant brut, inaltérable. Rien ne dit qu'ils passeront à la postérité (et pour l'instant, c'est loin d'être le cas) mais And So We Destroyed Everything restera sans doute comme un bon moment de bravoure, dans la pure tradition du genre.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 09-09-2014

A voir également :

http://www.sleepmakeswaves.com

?>