.:.Chronique.:.

Pochette

Ramona Flowers, The

Dismantle and Rebuild

[Distiller Records::2014]

|01 Tokyo|02 Brighter|03 Dismantle and Rebuild|04 Lust and Lies|05 World Won't Wait|06 Modern World|07 Skeleton Key|08 Vultures|09 Friend of the Madness|10 So Many Colors|11 Like a Feather (feat. Lou Rhodes)|

Afin d'être le moins sentencieux possible, il faut être clair dès le départ. Un groupe comme The Ramona Flowers va difficilement passer les affres du temps et, pire, il est difficile de croire que ce groupe va dépasser le stade de la simple curiosité. Pourquoi  ? Parce que des formations comme celle-ci on en compte beaucoup trop pour ne pas être déjà gavé par cette espèce de resucée 80's à la sauce Alphaville et consorts qui dévalorise grandement ce que cette décennie a pu proposer de réellement intéressant. Dès le début de l'album on sent où The Ramona Flowers veut aller et ce sans prendre de gants. On les voit arriver de très avec leurs gros sabots et leur pop pour garçons coiffeurs, aux abords fédérateurs et fait illustrer n'importe quelle publicité et pour être chantée dans les stades dédiés à un public aussi gentillet que celui de Coldplay. Même si ce disque n'est pas à écraser du talon ou à utiliser comme presse purée, il ne peut plus étonner aujourd'hui du fait des grosses ficelles qu'il utilise. Pour autant cela n'augure pas de son succès et on sait très bien qu'il y a un public qui peut être réceptif à ce qu'ils peuvent faire. Dismantle and Rebuild n'en demeure pas moins un disque moyen qui ne brille que par certains moments, le reste, la plupart du temps, ne laisse apparaître qu'un ciel pour le moins ombragé. Si on a déjà une légère aversion pour les années 80, Dismantle and Rebuild risque d'être le disque de trop, tellement il manque d'originalité à ce niveau. Après, on peut toujours trouver des qualités à ce genre de pop qui se débite au kilomètre et qui navigue entre deux eaux mais on ne pourra certainement pas faire d'eux des pointures. D'ailleurs c'est un peu pénible ces groupes qui ne sont ni bons, ni mauvais. On ne sait jamais trop quoi faire d'eux. Il y a toujours un morceaux ou deux, un gimmick, un passage qui peut vous faire espérer que le miracle arrive. En attendant, on met de côté en se disant que le meilleur est peut-être à venir. Histoire d'être un peu optimiste.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 06-09-2014

A voir également :

http://www.theramonaflowersmusic.com/

?>