.:.Chronique.:.

Pochette

Funerary Call

The Mirror Reversed Part 1

[Cyclic Law::2013]

|01 The Mirror Reversed Part 1|

Avec un nom pareil on aurait pu croire avoir affaire avec un groupe de black metal. En fait, il n'en est rien et on en est bien loin. Le seul point commun c'est le côté sombre et caverneux de la chose mais Funerary Call navigue dans les eaux troubles du dark ambiant et ce depuis une bonne dizaine d'années. Harlow McFarlane, celui qui se trouve derrière Funerary Call, a la particularité de changer de label pour chaque disque mais pour ce projet il est probable que le canadien reste un petit peu sur Cyclic Law. En effet, le présent disque est la première partie d'une réflexion musicale sur l'arbre de mort qui est sensé représenter le «  contraire ou la face occulte de l'arbre de vie, un diagramme de forces négatives ou Qliphoth [sorte de forces maléfiques qui, dans la kabbale, sont mises en relation et en opposition aux Sephirots]  ». A l'évidence, nous ne sommes pas là pour nous marrer mais, en règle générale, la dark ambiant n'est pas faites pour cela. The Mirror Reversed Part 1 est une longue et unique pièce d'un peu plus de quarante-sept minutes qui, fort heureusement, n'a rien d'uniforme. McFarlane explore donc les forces obscures, plonge dans les abysses et voyage dans une partie inversée du monde qui n'a rien de monolithique. Si il n'y a pas de doutes à avoir sur la face sombre de ce disque, on constate que McFarlane met un point d'honneur à façonner une musique qui va au-delà de la simple évocation du mystère. Pour cela et pour appuyer son propos, il dépasse les clichés du mysticisme. L'approche de McFarlane est intéressante en ce sens qu'il construit différents paysages sonores et qu'à l'image d'un arbre, qu'il soit de mort ou de vie, il sait pertinemment que rien ne doit être uniforme. Lentement et avec une précision redoutable, le canadien décrit les ramifications tortueuses de cet Autre Côté qui continue encore de fasciner aujourd'hui. Pour autant, on aurait aimé que Funerary Call aille un peu plus loin et on a parfois l'impression qu'il ne fait qu'effleurer le sujet, se contentant de séquences peut-être un peu trop idéalisées. La froideur et la noirceur de l'ensemble sont, dans le fonds, assez classiques sans, pour autant être disqualifiées. On aurait sans doute aimé une vision un peu plus neuve mais au lieu de cela, McFarlane développe des variations qui, malgré une teneur d'une belle qualité, ne surprennent pas vraiment. The Mirror Reversed Part 1 reste un bon disque, quoi qu'on en dise, répondant parfaitement aux appels des profondeurs sans qu'il ne cède à la facilité. Pour sa défense, il est toujours difficile de décrire l'indicible. Harlow McFarlane aura le mérite d'essayer avec une réussite mesurée.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 21-07-2014

A voir également :

http://www.funerarycall.com/

?>