.:.Chronique.:.

Pochette

Machida, Yoshio

Music From the Synthi

[Baskaru::2014]

|01 SYNTHI n°23|02 SYNTHI n°29|03 SYNTHI n°17|04 SYNTHI n°01|05 SYNTHI n°16|06 SYNTHI n°02|07 SYNTHI n°26|08 SYNTHI n°07|09 SYNTHI n°25|10 SYNTHI n°04|11 SYNTHI n°14|12 SYNTHI n°19|13 SYNTHI n°30|

Electronic roots... C'est par ces termes que l'on pourrait qualifier ce disque du japonais Yoshio Machida. Comme son nom l'indique assez clairement ce disque a été entièrement conçu avec un Synthi, celui que l'on voit sur la pochette de l'album et qui fut commercialisé au début des années 70 par la compagnie anglaise Electronic Music Studios (EMS). Celui de Machida (qui, aujourd'hui, coûte une blinde) est le modèle AKS qui, contrairement à son prédécesseur, l'EMS Synthi A, est doté en plus d'un clavier-séquenceur sensitif aux possibilités multiples qui, selon la légende, aurait fait baver d'envie le célèbre Bob Moog (à lire ici un article bien détaillé sur la bête  : Anafrog). Objet largement convoité, il permet bien des fantaisies qui peut, si vous parvenez à bien maîtriser l'engin, vous faire passer pour un petit génie de l'électronique avec des sonorités uniques et inattaquables. Machida s'est alors attaché à explorer une partie des possibilités de la machine. Une possibilité seulement car ce n'est pas en un seul disque que l'on peut dire que l'on a fait le tour de ce que peut faire le Synthi AKS. Pour ce faire, Machida a choisi une voie minimaliste qui, sur toute la longueur du disque, ressemble à une tentative de bidouillage sonore sans queue ni tête. Enfin, en apparence car Yoshio Machida ne fait pas n'importe quoi. Chacun de ses morceaux sont structurés et aucunement hasardeux. Eloigné des fondements de la musique électronique de ce siècle, même expérimentale, Music From the Synthi apparaît comme une collection de haïkus synthétiques qui une sorte de distance par rapport à tout ce que l'on connaît déjà. Une distance qui nous sépare de la réalité et de l'abstrait. En tout cas, au-delà de l'exercice technique et la beauté minimale de la chose, ce disque est aussi une exploration introspective et intimiste qui lui donne une âme qu'on n'avait pas soupçonné au départ. Les machines ont-elles un âme ? Si elles en ont une c'est surtout celle qu'on leur donne et que l'on façonne. Et Yoshio Machida a su donner au Synthi AKS une sensibilité, peut-être pas nouvelle, mais retrouvée.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 20-07-2014

A voir également :

http://www.yoshiomachida.com/

?>