.:.Chronique.:.

Pochette

FaltyDL

In the Wild

[Ninja Tune::2014]

|01 Aqui, Port Lligat|02 New Haven|03 Uptight|04 Do Me|05 Greater Antilles part 1|06 Nine|07 Frontin|08 Untitled 12|09 Ahead the Ship Sleeps|10 Rolling|11 Dos Gardenias|12 Heart & Soul|13 Grief|14 In the Shit|15 Danger|16 Some Jazz Shit|17 Greater Antilles part 2|

Tant que le fer est chaud il faut le battre. C'est ce que l'on dit en général. Et c'est applicable au cas de Drew Cyrus Lustman aka FaltyDL qui donne déjà un successeur à Hardcourage. L'américain a raison de ne pas trop attendre parce que tout simplement, il n'y avait aucune raison pour repousser aux calendes grecques ce que sa matière grise lui a dicté au lendemain d'un disque qui avait déjà connu un beau succès critique. Il serait étonnant qu'il en soit différemment avec ce nouvel opus qui semble mettre encore un cran au-dessus les défis que Lustman s'est toujours lancé. Ainsi, In the Wild montre sa capacité retorse à muter sans cesse et élaborer une musique électronique qui oscille entre futurisme bancal, techno sinueuse et un garage/dubstep/funky/jazz machin qui ne dit pas son nom. Drôle d'album pour un drôle de bonhomme. Ce dernier semble avancer dans le brouillard et pourtant ses disques sont d'une clarté étonnante. Mais c'est surtout avec des gens comme FaltyDL que l'on se rend compte que la musique électronique est aussi faites pour les mélomanes (enfin pour ceux qui ne le savaient pas encore) et qu'elle peut aisément dépasser ce qu'on suppose être ses limites. Lustman agit comme un architecte fou. Il conçoit des ensembles qu'on ne peut retrouver ailleurs tout en laissant une grande place au modernisme. Ce qui ne veut pas dire qu'il créé tout ex-nihilo. On sent bien qu'il y a derrière tout cela de fortes influences qui vont du jazz, du hip-hop en passant par les musiques sud-américaines. Cependant, ces influences, il les assimile, les digère et s'en sert non pas pour dupliquer mais créer quelque chose de réellement neuf. Semblant raconter à chaque une histoire d'un personnage déambulant dans un ensemble urbain et fantasmagorique, les morceaux de In the Wild révèlent un FaltyDL toujours en mouvement mais tout en n'ayant jamais les pieds sur terre. Et c'est cette (fausse) désinvolture qui fait de lui quelqu'un de réellement passionnant. Ainsi, avec un type comme lui, oubliez tout ce que vous savez sur la musique électronique et apprenez à la redécouvrir. Et vous verrez que vous vous mettrez à l'aimer à nouveau.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 18-07-2014

A voir également :

http://faltydl.com/

?>