.:.Chronique.:.

Pochette

Black Fluo

Billion Sands

[Pulver und Asche Records ::2014]

|01 La fin|02 Whisper|03 Death of a Sun|04 Scarborough Fair|05 Narcosia|06 Les vagues caléidoscopiques|07 Caledonia|

Quand le rock se met à explorer les voies de l'expérimental ce n'est pas toujours pour le plaisir des oreilles. Pour le groupe internationalo-suisse Black Fluo (parce que la formation est à la base helvétique mais intègre dans ses rangs d'autres nationalités), partant de ce constat, ne pouvait que marcher sur des œufs. De fait, s'orienter vers l'expérimental c'est prendre des risques sciemment en sachant que l'on ne touchera qu'une infime partie d'auditeurs. Pour autant, Black Fluo s'est vraiment mis en quatre pour la réalisation de cet album. Un album qui sort sous le format d'un livre disque. Ici, la musique accompagne les textes compris dans un livre de 360 pages (tout de même...). Une musique fuyante, rêveuse, introspective qui file comme l'écoulement sans heurts d'une rivière. Billion Sands est ainsi fait. Une longue ballade, nocturne, lente et minimaliste. Ce n'est pas un album qui va dans les extrêmes et se veut même assez simple d'accès. Ses lignes claires, souvent répétitives, y sont pour beaucoup. Elles s'approchent souvent des ambiances imprimées par des artistes comme Rodolphe Burger ou Philippe Poirier mais en insistant sans doute un peu plus sur le franchissement des limites du réel. Disque consciencieux, Billion Sands s'aventure sur les landes perdues de l'onirisme et se complaît à y rester autant que cela est possible. En fait il est assez clair qu'ils ne veulent pas en sortir. Cela donne, certes, une ligne directrice au disque et, également, une couleur sonore particulière, mais cela provoque aussi quelques longueurs inutiles. Dans le fond, Billion Sands est tout à fait appréciable mais il y avait sans doute des possibilités pour aller encore plus en profondeur et pousser jusqu'au bout de la nuit. Black Fluo a une démarche intéressante qui mérite d'être approfondie. Et on sait que la nuit, et ce quel que soit le lieu où l'on se trouve, est loin d'avoir dévoilé tous ses secrets. Black Fluo a donc de la marge.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 15-07-2014

A voir également :

http://pulverundasche.bandcamp.com/album/billion-sands

?>