.:.Chronique.:.

Pochette

Pains of Being Pure at Hearts, The

Days of Abandon

[Fierce Panda::2014]

|01 Art Smock|02 Simple and Sure|03 Kelly|04 Beautiful You|05 Coral and Gold|06 Eurydice|07 Masokissed|08 Until the Sun Explodes|09 Life after Life|10 The Asp in my Chest|

Disons-le tout net. On avait reçu leur précédent disque, Belong, qui était sorti en 2011 et on avait carrément eu la flemme de le chroniquer. En fait, on l'avait écouté mais il n'y a pas eu d'atomes crochus avec ce disque qui semblait ressembler à tant d'autres. Et puis, on avait tellement mieux sous la main. Aujourd'hui, le combo de Brooklyn nous revient et se pencher sur leur cas a été un véritable dilemme. S'ils n'avaient pas su nous séduire il y a trois ans, pourquoi seraient-ils en mesure de le faire maintenant  ? Après tout on peut toujours se dire que ce qui a été fait hier n'a peut-être plus grand chose à voir avec le présent. Pour autant, les changements radicaux sont assez rares. Souvent, seuls les auditeurs changent et peuvent être plus disposé à écouter ce qu'ils ont abhorrés hier. En fait, The Pains of Being Pure at Heart n'est pas pire que d'autres et ils se défendent assez bien dans une indie-pop qui va de Prefab Sprout à The Feelies avec une légère (mais vraiment légère) tendance shœgaze. En tout cas, ça en a la fraîcheur, la candeur et la naïveté presque juvénile. On n'ira pas jusqu'à faire du délit de sale gueule mais quand on voit à quoi ils ressemblent, jeunes bien propres sur eux, genre étudiant en philo, on se dit qu'ils ne pouvaient guère faire autre chose comme musique. Grosso modo, ça ne mange pas de pain et ce n'est pas le genre de groupe qui vous donne une poussée d'adrénaline. On écoute un disque comme Days of Abandon bien calée dans son fauteuil ou, de manière idéale, dans une ballade en voiture, sans excès de vitesse, sous un bon soleil d'été et une chaleur pas trop écrasante. Il n'est pas donc pas scandaleux de dire que les américains ne cherchent pas le danger. Ils se complaisent dans une musique certes confortable mais qui n'est pas non plus sans valeur. En soi, Days of Abandon reste un album tout à fait honnête et solide sur ses bases. C'est bien construit, intelligent dans la forme et écrit de manière réellement efficace. Il n'en demeure pas moins qu'on en revient assez vite même si on leur accorde des qualités indéniables. The Pains of Being Pure at Heart a ce gros défaut de ne pas avoir le sens de l'originalité et de ressembler à trop d'autres groupes en même temps. Ca freine tout suite les ardeurs (si jamais on peut parler d'ardeur...). Sans démériter, le combo restera un intéressant groupe de seconde division bien ancré en milieu de tableau.

note : 6.5

par Fabien, chronique publiée le 05-07-2014

A voir également :

http://thepainsofbeingpureatheart.com/

?>