.:.Chronique.:.

Pochette

Candie Hank

Demons

[Shitkatapult::2014]

|01 The Fox|02 What Is Your Name|03 Solaris and Shadowism|04 Babyshka Demona|05 Swimming Rabbit (feat. Yuko Matsuyama)|06 Magnetic Forcefield|07 Transylvanian Voodoo|08 Elevator Life|09 Every Night|10 Think about You Mama|11 Peace (With My Demons)|

Cela fait longtemps que je ne me suis pas penché sur le cas de Patric Catani. Ca remonte à une bonne dizaine d'années, facile... Et pourtant, l'allemand ne s'est jamais arrêté que ce soit sous son nom propre, celui de Candie Hank ou dans différentes collaborations. Cet ancien membre de EC8OR (projet qu'il partageait avec Gina V. D'Orio de Cobra Killer) s'est depuis longtemps spécialisé dans une musique digitale nostalgique des jeux électroniques old school mêlé à un hip-hop de la même période ainsi qu'une techno qu'on ne qualifiera pas de primitive mais pas loin. De fait, Patric Catani est un recycleur mais un recycleur de génie qui n'a eu de cesse de construire avec tout ce qui lui tombait sous la main. Demons, réalisée sous l'entité Candie Hank, est en une illustration quasi parfaite. Disque protéiforme et à tiroir, Catani montre ici qu'il a de nombreux centres d'intérêts et que sa musique est une mosaïque mutante qui n'a de cesse de s'amuser avec les formes afin de lui donner un caractère bondissant et décalé. Nous sommes donc bien loin de la période nettement plus hardcore d'un EC8OR. D'une certaine façon, Candie Hank se rapproche plus d'une personne comme Jean-Jacques Perrey (pour lequel, d'ailleurs, il aura réalisé un remixe) que de n'importe qui d'autre. On y retrouve le même côté facétieux, cette même souplesse et cette même façon de rendre les choses simples et légères alors que la plupart de leurs morceaux sont fait de nombreuses nuances et sont bien plus complexes qu'il n'y paraît. Créateur fou ou insatiable explorateur de la chose électronique, Candie Hank n'est jamais avare de bonnes idées et comme à son habitude il ne semble pas y avoir de recette spéciale Catani. Il ne s'agit pas de dire qu'il fait n'importe quoi mais il n'a jamais été du genre à cloisonner sa musique, étant toujours dans l'effet de surprise et se réinventant à chaque morceau. A présent, il est trop tard pour qu'il change et c'est heureux. C'est comme cela qu'on l'a connu et c'est comme cela qu'on l'apprécie.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 04-07-2014

A voir également :

http://catani-music.de/

?>