.:.Chronique.:.

Pochette

No Shangsa

Blind-Driving

[Gigors Electric::2013]

|01 O Sole Mio|02 Cold Turkey|03 Calling|04 Carré russe|05 La croisière abuse|06 Hooker with a Cigar|07 Heavy Trip|08 Lethal Tov|09 Out of Bounds|10 Red Muse|

Amateurs de glaces, des posters de Justin Bieber et du couple Céline et René Dion, les français de No Shangsa sont assurément dans le «  bon goût  » et la dérision qui fait quasiment force de loi dans le petit milieu du math-rock. Tant mieux en même temps car il est toujours plus appréciable de voir des groupes qui ne se prennent pas au sérieux et qui font leur truc sans se poser plus de questions que ça plutôt que de voir des rockeurs à l'égo surdimensionné et bouffi de suffisance pour qu'on finisse par se rendre compte qu'il n'y a pas grand chose derrière. Et pourtant, malgré la coolitude un peu trop visible de No Shangsa, Blind-Driver, qui est leur second album en un peu plus dix ans d'existence, n'a pas réussi à convaincre totalement ceux qui ont daigné jeter une oreille dessus. Une méfiance (voire une défiance) qui, à mon sens, n'est pas spécialement justifiée. Certes Blind-Driving n'atteint pas toujours les sommets, du moins il n'est pas de ceux qui s'attaque aux plus hauts pics. Cependant, il peut gravir sans peine les plus belles collines. Evoluant en trio (guitare / clavier / batterie), No Shangsa imprime son rythme math-rock à tendance néo-prog (celui qui a de la poigne et pas celui qui est chiant à crever) en n'oubliant pas ce côté dansant et énergisant qui est généralement dévolue au genre. Le trio souffre peut-être d'une surabondance de groupe qui sont dans la même veine. Encore que... En tout cas, même s'il est vrai que ce disque n'étonne pas vraiment et qu'on peut se sentir blasé par rapport à tout ce qui a déjà été entendu, il ne faudrait quand même pas faire un mauvais procès à No Shangsa. Blind-Driving reste, quoi qu'on en dise, un disque efficace, saignant, qui ne se replie jamais sur lui même. L'ossature mélodique est sans doute trop prévisible mais on ne peut nier qu'elle touche toujours au but. De toute façon, il n'a jamais été inscrit nulle part que le math-rock se devait d'être d'une complexité à toute épreuve. No Shangsa se fait juste plaisir sans non plus tomber dans la facilité. Il y a un juste milieu qui est tout à fait appréciable et rejouer ce disque n'a rien de honteux. Il est bien dans la norme de ce que l'on entend actuellement sans que cela soit scandaleux. No Shangsa fait le taf et il le fait plutôt bien.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 18-06-2014

A voir également :

http://gigorselectricrecords.bandcamp.com/album/blind-driving

?>