.:.Chronique.:.

Pochette

Putnam, Jim & Mottet, Mickaël

Jim Putnam & Mickaël Mottet

[We Are Unique ! Records::2014]

|01 Let Be|02 Concert of Everything|03 Ethnology Is a White Man Thing|04 That Other Song|05 Better Weather|06 A List|07 Slow Pony's Last Stand|08 Down in the Ranks|09 That's Life|10 What it Feels Like|

Quand deux musiciens qui ont un parcours différent deviennent amis au point de correspondre régulièrement, il n'est pas scandaleux de les voir s'associer le temps d'un album. Et c'est encore moins scandaleux quand on sait qu'artistiquement Jim Putnam (Radar Bros) et Mickaël Mottet (Angil and the Hiddentracks) ne sont pas si éloignés que cela et que leurs univers musicaux peuvent largement se rencontrer. Ce n'est certes pas la première fois que les deux hommes se mettent à travailler ensemble mais ce disque est sans doute le projet le plus consistant qu'ils aient eu à faire tous les deux. Pour autant, ils ont imposé quelques règles. Chacun devait emporter dans sa besace cinq morceaux. Des morceaux qui se devaient d'être chantées par celui qui ne les avaient pas écrites. Donc, Jim Putnam chante les chansons de Mickaël Mottet et inversement. Pour autant, ils ne sont pas venus qu'avec leurs seuls morceaux. Quelques musiciens des Radar Bros, Hiddentracks et des Dotsy Dot sont venus prêter main forte. Les bases sont ainsi posées et elles ne pourront pas être transgressées.

Dix morceaux, donc. Dix morceaux d'une belle tenue, racés qui rappellent parfois le David Bowie de Ziggy Stardust, ce côté céleste et détaché qui montre que la pop peut sortir de ses stéréotypes et qu'elle peut être aussi rêveuse qu'ambitieuse. A l'écoute de ce disque, il est assez difficile d'être convaincu du contraire. Bien que les deux hommes ont composés séparément, il a bien fallu s'entendre sur des arrangements communs. Et c'est sans doute là que se trouve le point d'orgue de ce disque. En effet, contrairement à ce que l'on pourrait croire, les deux hommes ne se sont pas retrouvés pour enregistrer ensemble. Chacun est resté chez soi, l'un à Saint Etienne, l'autre à Atwater Village. Deux enregistrements différents, un mixage réalisé par Jim Putnam himself et un mastering dirigé par Gilles Deles forment l'ossature de ce disque. A partir de la on assiste à un résultat bluffant de cohérence. La partie n'était pas gagnée d'avance étant donné la distance qui pouvait exister entre les artistes. Pour autant, même si on ne le sait pas vraiment, il serait étonnant que les deux hommes ne se soient pas concert

Porté par des valeurs communes, ce disque semble aussi solide que du marbre. Jamais en perte de vitesse ou en manque d'idées, la force de l'écriture et l'expérience des deux hommes donnent du poids à l'ensemble. Ce disque est un album tranquille et sinueux qui s'efforce de ne pas s'éreinter dans des démonstrations trop complexes. Les deux hommes ne font ici que ce qu'ils savent faire de mieux. C'est sans doute le meilleur moyen de ne pas se tromper mais aussi de dire que la flamme brûle toujours en eux. Un sans faute donc qui même s'il ne représente pas le disque du siècle ne fait pas de lui un disque mineur.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 09-06-2014

A voir également :

http://www.angil.org

http://www.radarbros.com

?>