.:.Chronique.:.

Pochette

Lemures

Lemuria

[Cronica::2012]

|01 II|02 I|03 III|04 VI|

La collaboration entre Enrico Coniglio et Giovanni Lami est loin d'être exceptionnelle qu'on se le dise. Sous le nom de Lemures, les deux hommes ont développé une musique bruitiste, noise où les field recordings et les drones font la loi. En soi, rien d'exceptionnel et tout au long de cet album ce sentiment a du mal à nous quitter. Pour autant, ce genre d'expérimentations a cet avantage de ne pas connaître de réelles limites dans leurs processus de création. Tout peut être utilisé, combiné, agencé, débordant de détails et rendant anormal ce qui, dans l'absolu, est d'une normalité qui s'inscrit dans la vie de tous les jours. Lemures, comme tant d'autres, construit des univers surréalistes qui tiennent la plupart du temps du fantasme et d'une vision post-moderniste du monde. Quoi qu'il arrive et malgré le côté difficile de cette musique, cette dernière reste ouverte, la curiosité l'emportant toujours sur la technicité. Ce que fait Lemures, mais aussi tous ceux qui s'essaye à cette logique artistique, donne l'impression d'une exploration de l'ailleurs alors que ce n'est que le reflet de ce qui nous entoure, des couleurs sonores que l'on a l'habitude de laisser de côté parce qu'on n'y prête pas attention ou alors pas suffisamment. Cette musique, c'est une mise en exergue de la normalité dans un ensemble qui l'est un peu moins. Pour autant, Lemuria reste dans les normes admises par le genre, faisant son petit bonhomme de chemin, découvrant les espaces et donne une photographie de lieux qui serait abandonnée de présence humaine ou, à tout le moins, elle serait tout à fait discrète et mise sur un plan tout à fait négligeable. Ce qui est important ici, ce n'est pas tant qu'on espérait y trouver une originalité qu'il n'y aurait pas ailleurs, mais ce besoin vital de donner une vie à ce qui n'a pour nous qu'une existence qui n'est même pas secondaire. Dans l'absolu, Lemuria n'apporte pas grand chose à ce que l'on connaît généralement de ce genre d'exercice mais on ne peut pas dire que ce soit non plus un album tout à fait inutile. Il apporte juste les sensations nécessaires et qu'il se doit d'apporter.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 27-05-2014

A voir également :

http://cronica.bandcamp.com/album/lemuria

?>