.:.Chronique.:.

Pochette

Land Lines

Land Lines

[Cash Cow Production::2013]

|01 Bomb Blast|02 Anniversary|03 Sleepwalking|04 Boards and Walls|05 New Year|06 Wreckage|07 Instruments and Books|08 Crows, Vultures, Bulls|09 Vegas|10 Arms|

Retirez un membre à Matson Jones et vous obtenez Land Lines. Alors que les premiers existent depuis une dizaine d'année, Land Lines apparaît comme un projet à part, sinon parallèle, mais qui ne comprend pas le bassiste Matt Regan. Là est sans doute la seul différence. On enlève une ligne de basse et on garde tout le reste, à savoir un chant presque diaphane entouré de violoncelles et de percussions. Que de l'organique, rien d'électrique ou d'électronique. Ajoutez à cela une écriture intelligente, nerveuse et enjouée, on a tous les éléments pour réussir un album d'excellente facture. Dans une orientation assez sobre et immédiate, de celle que l'on a su apprécier chez des gens de la trempe de Scout Niblett, Laura Veirs et tutti quanti, Land Lines poursuit ce qui a été entamé avec Matson Jones. Les différences, on l'a vu, sont assez minces mais il y a ici quelque chose qui est comme une évidence. Land Lines est ce que l'on aime dans la musique de ce temps parce qu'elle ne fait pas forcément appel aux fantômes du passé, ne copie personne et s'inscrit parfaitement dans son temps avec cette espérance folle de marquer son époque pour les meilleures raisons qui soient. Pourtant, il y a déjà une case dans laquelle on peut classer (parce qu'il faut bien classer les groupes dans un genre particulier, établir des normes, remplir ces mêmes cases...) c'est bien ce qu'on appelle l'  « indie-folk » ou la « contemporary folk ». Un genre qui, au fil du temps, s'est largement affranchi de ceux dont les artistes qui la composent pouvaient se réclamer. Un groupe comme Land Lines n'a pas eu besoin de recopier, de laisser des indices gros comme un building. Ils font juste une musique belle et lumineuse qui s'exprime sans artifices. Quand on connaît les disques de Matson Jones, il n'y a sans doute pas vraiment de surprises mais il n'en demeure pas moins que ce que dégage les américains fait largement vibrer notre corde sensible.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 14-05-2014

A voir également :

http://hellolandlines.com/

?>