.:.Chronique.:.

Pochette

Fenster

The Pink Caves

[Morr Music::2014]

|01 Better Days|02 Sunday Owls|03 In the Walls|04 Cat Emperor|05 True Love|06 The Light|07 Mirrors |08 Fireflies|09 On Repeat|10 Hit & Run|11 1982|12 Creatures|

Avec Bones nous avions eu un sentiment mitigé qui n'était pas désastreux mais qui laissait comme un arrière goût d'inachevé. Fenster renvoyait l'image d'un groupe qui se complaisait dans la figure de style sans donner le coup de rein nécessaire pour aller un peu au-delà. En gros, une formation sympathique mais tout à fait inoffensive qui, avec un départ tout à fait honnête laissait espérer un peu plus pour les efforts futurs. La question avec leur second opus, The Pink Caves, était donc de savoir si Fenster a été capable de passer à la vitesse supérieur. La réponse est non, cent fois non même si on constate chez eux une réelle évolution dans l'approche artistique. Il faut dire que ce disque doit en grande partie au lieu où il a été enregistré. En effet, Fenster s'est enfermée dans une maison qui a été transformé en studio d'enregistrement. Le groupe a trouvé l'endroit suffisamment intéressant pour qu'il intègre à ses compositions des échantillons sonores glanés ça et là dans la maison au gré de ce qui s'y passait. La démarche pouvait se montrer pleine de promesses mais elle n'abouti à pas grand chose au final. En fait, Fenster tente d'installer un décorum qui se rapproche un tant soit peu au monde de l'éther sans vraiment y entrer totalement. Comme son prédécesseur, The Pink Caves reste un album agréable à l'écoute, limpide, clair et qui par son approche à trois voix essaye de brouiller les pistes pour ne pas donner l'impression d'une musique trop uniforme. Il y a de la bonne volonté chez eux, c'est certain. Sans être vraiment le disque vaporeux qu'il aurait pu être, The Pink Caves se montre assez inégal dans le sens où l'on parvient vraiment à se régaler sur des titres comme Mirrors alors que d'autres titres passent complètement à côté de leur sujet. En un sens c'est assez rageant parce que l'on sent bien tout le potentiel de Fenster qui, après deux essais, peine encore à éclore totalement. Malgré tout on a envie d'y croire ne serait-ce parce que Fenster n'est pas un groupe de manchots et ce à tous les niveaux.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 29-04-2014

A voir également :

http://fensterbones.com/

?>