.:.Chronique.:.

Pochette

Airchamber 3

Peripheral

[Frattonove::2013]

|01 Inhale - Exhale|02 Funeral March for a Braincell|03 Tunnel Vision|04 Dopamine Yuppie Dub|05 The Buried Secret Inside my Ventricles|06 Recollecting Pieces of Tresured Memories|07 Crippling Approach Anxiety|08 A Body Is A Map of Bruises|09 Temporal Line Mantra|10 Years of Hypothermia|11 Central Nervous System Drug Delivery|12 In the Corner of my Eye Peripheral Vision|

Rien qu'à voir le nom du groupe le décor est déjà planté. Airchamber 3... Même si on ne sait rien de ces italiens, par simple déduction, on sait peu ou prou à quoi s'attendre avec eux. Tout est dans le nom ou presque. Si le 3 désigne un trio, Airchamber donnera une description, certes succincte, de la musique du groupe. On évoque ici, une musique resserrée faite par des musiciens que l'on imagine volontiers jamais ailleurs qu'entre quatre murs mais dont l'approche organique de leur art leur permet d'échapper à des sensations trop claustrophobes. Une tâche qui n'est pas mince quand, comme eux, on explore des voies qui vont de l'expérimental, l'improvisation, la recherche sonore et la bande son visuelle. Il faut dès lors éviter tout cloisonnement et se donner des libertés qu'on n'aurait pas forcément ailleurs. Disque protéiforme, Peripheral s'inscrit dans la logique artistique voulu par le trio (qui intègre cependant quelques musiciens additionnels) à savoir une musique de chambre qui prend des chemins différents en fonction de ses envies et non pas des limites imposés par les murs de ladite chambre. Dans une configuration assez abstraite qui mélange acoustique et électronique, Airchamber 3 n'hésite pas à confronter les univers sonores qu'ils soient tortueux ou plus linéaires pour ne pas dire proches de l'ambiant. Mais quel que soit le cas de figure, Airchamber 3 développe une architecture complexe et vagabonde qui ne s'intéresse aucunement aux itinéraires tout tracés. Peripheral est vraiment intéressant à ce point de vue car c'est un disque, certes difficile du fait de son abstraction permanente, qui possède une véritable inventivité dans laquelle il faut s'immerger complètement sous peine de laisser passer de nombreux éléments. Voilà donc une œuvre sensible, rugueuse par moments, mais qui prends assurément de nombreux risques tout en gardant une liberté de ton et de création totale.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 09-04-2014

A voir également :

http://www.lucaserrapiglio.com/airchamber-3/

?>