.:.Chronique.:.

Pochette

Aetherlone

Aetherlone

[My Little Cab Records::2014]

|01 Carnival|02 Fly-Drive|03 Mountain Tops / Avalanches|04 The Light|05 The Unemployed Soulhunter|06 Not A Dance|07 Sunshine #2|08 Here & Now|09 Sister|10 Hi Dead Folks !|

Pour arriver à ce disque cela a été un travail de longue haleine pour Sébastian Müller-Thür. Parce que avant d'arriver à ce qu'est Aetherlone aujourd'hui, l'homme est passé par différentes phases, travaillant pour lui, d'abord sous le nom d'Aether mais aussi pour les autres (Mina May, Boy and the Echo Choir...) avec la certitude d'être dans le vrai puis avec le doute qui vous assaille. Comment alors comprendre que ce type aux multiples talents passe allègrement de la musique électronique à un folk qu'il résume en cette image peu banale d'un « Mark Hollis avec les couilles de Nick Cave ». Pourquoi pas. Ca manque peut-être un peu d'élégance. En tout cas, par rapport à la musique réalisée dans le cadre d'Aetherlone. Parce que oui, ce premier album ne manque pas d'originalité et de hauteur à vous en donner par moments le vertige. En ces heures où on continue de célébrer ceux qui ne sont la plupart du temps que des récupérateurs, Aetherlone s'évertue d'être dans une grâce que n'auront jamais les suce boules pré-cités. Le vrai risque, la vraie recherche, la vraie sensibilité, l'unique lumière qui nous fait entrevoir ce paradis fantasmé c'est bien dans des gens comme Aetherlone qu'il se situe. Accompagné de Nicolas Moulin, Romain Rongier, JB Dchr et de Jean-Claude Versari, Sebastian Müller-Thür n'est pas passé de l'électronique à une forme orchestré sur un coup de tête. C'était mûrement réfléchi et le fruit d'un cheminement intellectuel et artistique qui a duré deux bonnes années et qui a vu le glissement progressif du digital vers l'organique. Mais ce qui étonne le plus c'est encore cette qualité d'écriture, cet aboutissement dans la production et l'exécution des morceaux. On comprends dès lors un peu mieux les parallèles fait avec Mark Hollis et Nick Cave. C'est assez judicieux et il fallait oser avoir cette approche pour donner une telle direction à ce disque. On pourra peut-être trouver l'album inégal à cause de morceaux qui ne sont pas toujours au même niveau, sans qu'il y ait pour autant de gros écarts, mais on ne ne peut pas nier que ce qui a été couché ici reste un accomplissement de haute volée qui va permettre à Sebastian Müller-Thür d'aller plus avant. En un mot comme en cent, ce disque est inépuisable et quand bien même on pourrait lui trouver des équivalences cela n'enlève en rien à la félicité que l'on éprouve en l'écoutant.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 01-03-2014

A voir également :

http://aetherlone.com/

?>