.:.Chronique.:.

Pochette

Boccardi, Alberto / English, Lawrence

Split

[Frattonove::2013]

|01 Drop, Salt, Ask Me Next Time (Alberto Boccardi)|02 The Rocks That Tear The Ocean - Thrones and Domains (Lawrence English)|03 Coronach|04 Weathered Hymnary|05 Seraphim|

Même si ce disque est un split on pourrait presque parler de collaboration. Presque... Alberto Boccardi et Lawrence English n'ont pas travaillé concrètement ensemble mais ils sont resté en contact. Le fait est que l'idée de ce split est survenu lors d'une session d'enregistrement d'Alberto Boccardi avec le chœur d'Antonio LaMotta. Ce qui a été réalisé a été envoyé directement à Lawrence English qui a été libre de transformer l'ensemble selon son bon vouloir. De son côté, la partie réalisée par Boccardi est une pièce en trois parties qui sont sensées être indépendantes mais qui sont en même temps, connectées les unes aux autres laissant l'impression d'une évolution complexe mais logique. Ici, Boccardi façonne l'espace, lui donne des contours inquiets, fantastiques et tout en profondeurs. Les effets de voix y sont sans doute pour beaucoup mais pas seulement. On y entend de nombreuses nuances qui vont dans le sens d'une description nocturne qui n'a rien de minimaliste mais qui tend à une vision clinique, tonale et construite autour de rythmes variés et souvent répétitifs. C'est une sorte de beauté irréelle qui s'installe d'une manière assez proche de ce que l'on peut entendre dans les musiques nouvelles ou la musique contemporaine. En tout cas, le schéma de cette pièce suit le credo montée, apothéose, descente. Ce qui reste assez classique mais dans le cas présent est assez efficace. La palette sonore est suffisamment riche et la mise en forme tellement soignée savamment dotée qu'il n'y a aucune trace de lassitude. C'était dès lors à la charge de Lawrence English de reprendre l'ensemble des chœurs et de leurs donner une autre dimension . Rude tâche tant il s'avère qu'Alberto Boccardi est parvenu à un haut degré d'excellence. Mais Lawrence English est un homme de défi la nuance entre les deux va résider dans la manière dont les voix ont été traitées. English, n'a usé que de traitements électroniques alors que Boccardi s'est attaché à ajouter en plus des instruments différents (guitare, basse, saxophone, cor, violoncelle). Pour autant, le résultat du travail de Lawrence English n'en est pas moins intéressant. On est ici, sur une dynamique plus ambiante, plus fantomatique mais toujours avec cette impression de monde irréel et céleste. Ce qui est certain c'est que nous avons ici des approches différentes dont la beauté n'a rien de surfaite. Un beau moment de musique rêveuse où l'inconscient prend ici toute sa part.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 26-02-2014

A voir également :

http://fratto9.bandcamp.com/album/boccardi-english

?>