.:.Chronique.:.

Pochette

Hypo & EDH

Xin

[Cheap Satanism Records::2013]

|01 Oshiri 24|02 Sunburn|03 Hoax|04 Verynice|05 Deprox70|06 Pianissimoon|07 Party Ruiner|08 Never I Did|09 Zarabia|10 Mahi Hoy|11 Pensum Bis|12 Chuo Line|

Si Hypo et EDH ont suffisamment de quoi s'occuper séparément (chacun d'entre eux ayant sorti nombre de galettes en solitaire), il n'en demeure pas moins que leurs retrouvailles s'accompagnent d'une musique qui suscitent la curiosité. La présentation qui est faites du duo sur le site du label Cheap Satanism est pour le moins dithyrambique, faisant de nombreux parallèles (Cure, Jean-Jacques Perrey, Wire, Pierre Schaeffer) qui se défendent assez bien. Pour autant, on aurait pu également parler de Chris & Cosey dont l'ombre plane lourdement sur ce disque. Hypo & EDH assume déjà l'étiquette exotica même s'ils nous disent que Xin est un peu plus que cela. Le rapprochement se fait également par la ressemblance entre la voix de EDH et celle de Cosey Fanni Tutti. Dès le parallèle ne peut pas ne pas être fait même si, à l'évidence, Xin est un peu plus qu'un calque de la grande période du duo post-Throbbing Gristle. Comme on l'a vu un peu plus haut, les influences de Hypo & EDH sont un peu plus large allant de la musique concrète jusqu'à une électro-pop volubile en passant par un punk arty et glacial. Le mix de tout cela donne Xin, Un disque non pas atypique mais qui foisonne de bonnes idées et de morceaux inventifs et variés. Très axé, là encore, vers les sonorités des 80's, Xin n'est pas une tentative de retour en arrière mais bien de s'approprier une logique, une esthétique et une technique qui encore aujourd'hui a gardé toute sa modernité. On ne le répétera jamais assez et on s'en rend compte avec le recul nécessaire alors que beaucoup prédisait une disparition totale de ce genre de musique et de sonorités tout simplement parce qu'elles ne passeraient pas l'épreuve du temps. Mais, la plupart du temps, ces prophéties digne d'un horoscope de Télé 7 jours ont été émises par des gens qui ont toujours eu du mal avec les musiques électroniques et qui n'ont jamais digéré la rupture occasionnée par le punk. Cela fait sourire aujourd'hui et un disque comme Xin a plus que jamais sa place au XXIème siècle.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 24-02-2014

A voir également :

http://hypoedh.bandcamp.com/

?>