.:.Chronique.:.

Pochette

Niton

Niton

[Pulver und Asche Records::2013]

|01 Tai Q|02 B'Done|03 K'Lamp|04 ASNA|

Avec ses trois membres qui sont issus de la musique électro-acoustique et du petit monde de l'improvisation, Niton a tout ce qu'il faut pour séduire. Ou pas. En effet, avec ce genre de musique on peut très vite tomber dans le concept fumeux à la limite de l'écoutable et qui peine à maîtriser ses effets en faisant croire à une réflexion sur le bruit et la dissonance. Il faut surtout ne pas tomber dans ce genre de piège dont il n'est pas toujours aisé de se relever. Même dans les musiques dîtes expérimentales ou conceptuelles, il doit y avoir une certaine forme d'équilibre qui donne de la cohérence à l'ensemble. Cela n'est pas toujours perceptible au premier abord et surtout dans ce type de musique mais c'est sans doute primordial afin de lui donner un sens. Dans le cas contraire, elle perdrait de facto tout son intérêt et aussi de sa valeur. Niton en est particulièrement conscient et ce premier album du trio fait en sorte de ne pas perdre de vue cet état de fait. Et cet équilibre réside dans la convergence d'éléments électroniques, de cordes classiques et d'instrumentations diverses qui abouti à des expérimentations où l'ambiant, les drones, le noise et des séquences progressives sont tout à fait à leur aise. Entre néo-classique, futurisme et musique abstract-noise, Niton a trouvé son propre équilibre et déploie une musique qui, à défaut d'être rêveuse, met en scène un imaginaire qui n'est pas toujours serein mais qui reste foisonnant et plein de rebondissements. En ce sens, Niton est un trio qui ne reste pas en place et qui fait largement évoluer sa musique au gré de ses désirs. Que ce soit sur un format court ou plus long, les italiens n'offrent jamais le même visage. Ce disque est à géométrie variable mais n'est jamais hasardeux. C'est cette notion de contrôle des éléments qui refait surface et qui fait que ces quatre pièces un moment unique et quasiment onirique, nous emmenant dans une sorte d'espace irréel qui développe notre envie d'ailleurs sans qu'on puisse se dire que cet ailleurs soit fatalement l'endroit le plus douillet du monde. Non, ce disque est fait d'environnements aussi abrupts qu'accueillant et c'est dans ce dualisme que Niton a su trouver sa place. Intéressant.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 18-02-2014

A voir également :

http://nitonproject.blogspot.it/

?>