.:.Chronique.:.

Pochette

Silver Mount Zion Orchestra, Thee

Fuck Off Get Free We Pour Light on Everything

[Constellation::2014]

|01 Fuck Off Get Free (For the Island of Montreal)|02 Austerity Blues|03 Take Away These Early Grave Blues|04 Little One Runs|05 What We Loved Was Not Enough|06 Rains Thru the Roof at Thee Grande Ballroom (For Capital Steez)|

Si le dernier album de Godspeed You ! Black Emperor avait rempli une attente bien trop longue (dix ans!) et satisfait un bon nombre d'entre nous, l'autre projet d'Efrim Manuel Menuck, Thee Silver Mount Zion Orchestra, revient auréolé d'un septième album qui ravira de la même manière ceux qui ont porté un jour ou l'autre un intérêt particulier à cette figure de proue du label Constellation. Quatre ans après Kollaps Tradixionales on retrouve donc avec un plaisir non feint Efrim Menuck, Sophie Trudeau et Thierry Amar qui sont accompagnés pour l'occasion de Jessica Moss (Black Ox Orkestra) et David Payant (Vic Chesnutt). Et là encore, il n'y a pas de déception. On sait combien un type comme Efrim Menuck peut s'investir dans ce qu'il fait et qu'il ne tolère pas qu'on prenne les choses par dessus la jambe. Sérieux, trop sérieux ? Peut-être mais cela nous vaut des albums de haute volée et Fuck Off Get Free We Pour Light on Everything n'échappe pas à cette règle qui existe depuis maintenant quinze bonne années. Album puissant, fortement engagé et chargé d'émotions à fleur de peau, Fuck Off Get Free... est de ces disques qui défient l'ordre établi en montrant que d'autres voies existent. Si l'engagement politique d'Efrim Menuck n'est un secret pour personne, sa musique (qui est aussi celle de ses camarades) est comme une arme, un tremplin formidable pour faire passer des messages fortement connotées. Il ne s'agit pas, et cela n'a jamais été le cas, d'une poussée juvénile pathétique et démagogique sorti d'un cerveau aux idées primaires. Non, le champs de réflexion de Menuck est plus complexe et largement plus adulte. Il faut dire qu'il a largement passé l'âge de faire étalage d'idées boutonneuses. Un disque comme celui-ci démontre que le militantisme du bonhomme est loin d'être mort et que le contexte politique justifie aisément ses positions. Musicalement, nous sommes dans le haut niveau et toujours dans la manifestation de morceaux longs aux développements tortueux et passionnés. Qu'on se le dise Thee Silver Mount Zion Orchestra délivre ici un album incandescent qui brûle d'une passion qui allie paradoxalement désespérance et espoir. On sent le groupe sur le fil du rasoir qui trouve dans l'adversité des raisons d'exister plus que les autres montrant ainsi un exemple que tout le monde devrait suivre. Thee Silver Mount Zion Orchestra est donc de retour et ce n'est manifestement pas pour faire de la figuration.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 27-01-2014

A voir également :

http://www.tra-la-la-band.com/

?>