.:.Chronique.:.

Pochette

Neufeld, Sarah

Hero Brother

[Constellation::2013]

|01 Tower|02 Hero Brother|03 Dirt|04 You Are the Field|05 Breathing Black Ground|06 They Live On|07 Wrong Thought|08 Sprinter Fire|09 Forcelessness|10 Below|

Si on suit un tant soit peu l'actualité d'Arcade Fire on sait qui est Sarah Neufeld. En tout cas, c'est le projet le plus connu auquel elle participe. Beaucoup se contenterait de la plus misérable des places dans ce groupe mais la jeune femme est aussi partie prenante dans Bell Orchestre et s'est retrouvé à jouer avec The Luyas, Esmerine et Little Scream. Et il y a fort à parier qu'elle ne va pas s'arrêter en si bon chemin. Cette fois, c'est en solitaire qu'elle se présente à nous, aidé cependant de Nils Frahm, pour un premier album où elle peut mettre en avant son instrument de prédilection : le violon. Il faut également noter que l'enregistrement de ce disque s'est fait dans des conditions particulières. En effet, il ne s'agit pas d'un travail de studio classique. Nils Frahm s'est ici évertué à capter les performances de Sarah Neufeld dans différents lieux où l'acoustique se montrait intéressantes pour nos deux protagonistes. Dès lors, notre violoniste s'est retrouvée à jouer dans un parking souterrain ou en dessous d'un dôme géodésique. Il n'était donc pas question d'avoir une approche classique et c'était une manière de lier le lieu dans lequel on joue. Une relation intime et même indissociable qui donne définitivement tout le grain sonore à la musique de Sarah Neufeld.

Et c'est bien une sorte d'intimité qui s'instaure sur Hero Brother. Dans son intégralité, à l'exception de très rares exceptions, le violon de Sarah Neufeld est le seul à s'exprimer rencontrant ainsi l'écho que lui renvoie le lieu dans lequel elle se trouve. Par moment, on entend même le souffle du vent ou, tout simplement, de bruits urbains lointains qui tentent de s'inviter mais qui ne font qu'effleurer la porte à peine entrouverte par la jeune femme. Très proche des néo-contemporains, entre Steve Reich, Gavin Bryars voire Arvo Pärt, la canadienne nous offre un premier album d'une belle teneur ou chaque morceau se vit comme une respiration qui se modifie au gré de ce que lui inspire les endroits qu'elle investit. Le résultat n'est peut-être pas toujours à la hauteur de l'ambition mais dans sa globalité Hero Brother parvient sans peine à nous émouvoir. Sarah Neufeld s'impose ici comme une artiste à part entière et ne peut plus être comme une musicienne qui ne se meut que dans l'ombre d'artistes plus charismatique. Il était donc temps, pour elle de se mettre en avant et, de ce fait, un peu plus en danger. Pour l'instant, elle apprivoise ce danger mais en étant toujours à la limite de tomber dans une sorte de schizophrénie irréversible. Intéressant, donc...

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 18-01-2014

A voir également :

http://sarahneufeldmusic.com/

?>