.:.Chronique.:.

Pochette

Blectum, Blevin

Emblem Album

[Aagoo::2013]

|01 Cromis Part One|02 Cromis Part Two|03 Nanofancier|04 Deathrattlesnake|05 Basically Chunnelled|06 Wrapped In Aw|07 Harpsifloored|08 Goth Botch|09 Manners Melting|10 Sycamore Scarab|

Bevin Kelley est sûrement l'une des icônes de la musique électronique déviante et cérébrale. Déjà, au sein de Blectum From Blechdom elle forçait le respect en prenant tout son monde à contre pied. Que ce soit seule ou avec sa comparse Kristin Erickson aka Kevin Blechdom, elle n'aura rien fait comme les autres. Et ce nouvel album (le cinquième en solo) le prouve aisément. Pour tout dire ce disque m'a fait le même effet quand j'ai entendu pour la première fois les expériences de Walter Carlos sur les œuvres de Bach. Quelque chose de déroutant que l'on pourrait prendre sans autre forme de procès pour un sacrilège odieux mais quand on prend un peu de recul on comprend mieux toute l'audace de la démarche qui n'est pas forcément faite pour être dans une logique qui serait celle du plus grand nombre. Blevin Blectum a toujours été quelqu'un à contre courant, en dehors des modes et du simplisme ambiant. Bevin Kelley compile les sons, les concasse, les transforme, les associe, les met dans des situations périlleuses et hallucinées. Emblem Album se veut comme une plongée psychédélique dans la matière électronique afin de transgresser toutes les règles préétablies. Et tout est bon pour parvenir à cette fin. L'américaine utilise, autour de collages sonores, différents sampling, du field recordings, ses propres émanations électroniques et, avec plus de discrétion, sa voix. C'est d'abord l'étonnement qui l'emporte sur les premières écoutes mais cet étonnement se transforme en une sorte de fascination quand on se met à percevoir toutes les subtilités du travail de Blevin Blectum. En ce sens, Emblem Album est très loin d'être inécoutable. Bien au contraire, c'est un disque d'une incroyable richesse qui surprend son auditeur par sa capacité à construire des univers qui stimulent fortement l'imaginaire. Mais c'est surtout dans l'utilisation du field recordings que Blevin Blectum se montre la plus intelligente. Elle ne fait pas que coller bêtement des sons sur des structures sonores. Elle les mets en situation, les fait réagir, les rend vivants afin qu'ils n'aient pas qu'un effet décoratif. Le monde musical de Blevin Blectum est une nébuleuse qui ne s'arrête pas à l'abstraction électronique. C'est bien plus vaste au point de créer des morceaux plus pop qui renvoient à l'univers des jeux électroniques 8-bits. Certes, l'art de Blevin Blectum ne s'appréhende pas comme cela mais une fois qu'on y est entré, quel délice !

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 14-01-2014

A voir également :

http://www.blevinblectum.com/

?>