.:.Chronique.:.

Pochette

Watson, Chris

In St Cuthbert's Time - The Sounds of Lindisfarne and the Gospels

[Touch::2013]

|01 Winter|02 Lencten|03 Sumor|04 Haerfest|

Le field recordings a ceci de bien qu'il permet d'aborder un nombre infini de sujet à partir du moment où l'on maîtrise les méthodes d'enregistrements et que l'on sait associer astucieusement les sons. Pour cet album, qui est une œuvre de commande de l'Institute of Advanced Studies de l'université de Durham, Chris Watson s'est mis en tête de remonter le temps, du moins d'une manière sonore. Le point de départ de cette quête est une exposition sur les Evangiles de Lindisfarne, une île située sur la côte de la Northumbrie, qui est accessible à marée basse grâce à une chaussée submersible et sur laquelle se trouve un monastère ainsi qu'un château. Saint Cuthbert qui dirigeait le monastère instaura ce que d'autres ont vu comme les premières lois concernant la protection des oiseaux. Sur ces informations, Chris Watson a voulu restituer une ambiance sonore telle qu'on pouvait la concevoir au Xème siècle (période pendant laquelle ces Evangiles richement enluminés, comme d'autres l'on été, furent conçus) rythmé par les saisons, l'activité humaine que l'on devine ascétique et spartiate ainsi que la vie animale que sont ces oiseaux pêcheurs qui ont toujours peuplé ces îles. C'est cette environnement sonore qui accompagnait la vie monacale et plus de mille ans plus tard il est peu probable que cela ait beaucoup changé. Dès lors on peut imaginer grâce aux enregistrements de Chris Watson quel pouvait être l'état d'esprit de ceux qui vivaient sur Lindisfarne à l'époque. Une île qui aujourd'hui, pour une bonne partie, est devenue une réserve naturelle et sur laquelle on recense environ 300 espèces d'oiseaux. Chris Watson avait donc une large matière à explorer. Ceci étant, ce disque reste et demeurera comme un album de field recordings dans toute sa splendeur et dans une approche que l'on pourrait qualifier d'absolue. Watson, n'apporte ici que peu voire pas du tout d'effets annexes. Il se contente d'assembler les données brut, restituant une ambiance, un espace mais aussi une présence. Une présence animale, certes, celle que l'on devine plus aisément mais aussi une présence humaine qui est plus diffuse, plus discrète, qui se veut plus comme observatrice et, en un sens, spirituelle. In St Cuthbert's Time est à prendre comme un document sonore, richement illustré qui ne peut se comprendre que si on se penche sérieusement sur l'objet de sa conception. Le sujet et l'œuvre, ici, sont indissociables. Après, ce n'est plus qu'une question de perception.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 05-01-2014

A voir également :

http://www.chriswatson.net/

?>