.:.Chronique.:.

Pochette

Butcher, John / Buck, Tony / Mayas, Magda / Stangl Burkhard

Plume

[Unsounds::2013]

|01 Fiamme|02 Vellum|

Contrairement aux apparences, ce disque est une affaire de trios. En effet, ce disque qui composé de deux pièces n 'est en fait interprété que sous la forme du triumvirat. Ici, seuls John Butcher et Tony Buck interviennent sur les deux morceaux. Burkhard Stangl jouera de la guitare sur Fiamme alors que Magda Mayas sera au piano sur Vellum. Stangl et Mayas ne font donc que se croiser sur ce disque. Il faut dire que ces deux longs titres n'ont pas été enregistré en même temps et ce à quelques années d'intervalles. Fiamme a été réalisé en 2007 lors du LMC Festival au Cochrane Theatre de Londres alors que Vellum n'a vu le jour qu'en 2011, toujours à Londres mais à la Cecil Sharp House. On pourrait ne voir aucun rapport entre ces deux performances outre la présence à chaque fois de Butcher et de Buck. En fait on peut largement y voir dans chacune d'elles la quintessence de la musique improvisée. Celle qui se réinvente sans cesse, qui vit, qui ne reste jamais inerte et qui pousse tout le monde dans ses derniers retranchements. Il ne s'agit pas de faire de la musique une épreuve mais bien lui donner une liberté totale, la laissant déborder des cadres en donnant aux instruments des rôles et des directions qu'ils n'auraient jamais eu en temps normal. C'est la raison d'être de la musique improvisée et il ne saurait en avoir d'autre. Quoi qu'il en soit, Plume est un album assez éclairant sur le genre et fait preuve d'une inventivité et d'une réaction sans pareil. Il faut dire que chacun des musiciens présents n'est pas là par hasard et qu'ils sont particulièrement expérimentés. Ayant tous un curriculum vitae aussi épais que le bottin, l'ensemble cumulé de leurs talents fait ici merveille et laisse l'amateur de musique improvisée largement sustenté par ce qu'il entend. Sur Plume, chacun joue à égalité et personne ne prend plus d'importance qu'il n'en a. Malgré ce côté expérimental et abstrait, c'est bien la cohérence qui prédomine sur ce disque. Pour autant, qui dit cohérence ne dit pas se donner des limites. Ici, on le dépasse mais tous dans un seul et même mouvement. Ce sont seulement les formes et les directions qui changent. Plume est un album complètement maîtrisé et qui ne peut laisser aucune place au doute quant à sa qualité globale.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 18-12-2013

A voir également :

http://www.unsounds.com/index.html

?>