.:.Chronique.:.

Pochette

Evans, Jessie

Glittermine

[Nuun Records::2013]

|01 Love Rules|02 Don't Be Bot|03 Omama|04 Evalution|05 Read My Mind|06 Whitemare|07 Glittermine|08 Prey|

Après avoir fait partie des Subtonix, de The Vanishing et de Autonervous avec Bettina Kœster, Jessie Evans évolue en solo avec plus ou moins de bonheur. Son premier album (Is It Fire?) avait su convaincre à une époque où Santigold était en pleine bourre. C'est d'ailleurs un peu son malheur car, dans une veine un peu similaire, cette jeune saxophoniste, fan de ska, de The Selecter et des Specials, s'est vite retrouvé barré par la New Yorkaise qui a d'ailleurs tout raflé. Qu'à cela ne tienne, Jessie Evans ne lâche pas le morceau et continue dans cette orientation reggae / afro-beat / ska. Glittermine reprend les choses là où Jessie Evans les avait laissé quatre ans plus tôt. Et c'est un peu là qu'on comprend pourquoi elle n'a pas encore la notoriété d'une Santi White. Pleine de bonne volonté et indéniablement dotée d'un fort potentiel, Jessie Evans n'est pas toujours régulière dans la qualité de ses morceaux. Cela se ressent assez fortement sur Glittermine qui alterne entre chansons prometteuses et riches et d'autres nettement plus secondaires voire inutiles. Elle tente de compenser par une énergie débordante et une gouaille crâneuse et quelque peu provocatrice. Mais cela ne trompe personne dans le sens où elle éprouve certaines limites à faire des morceaux plus attrayants qu'ils ne le sont déjà. En fait, on a du mal à se persuader qu'elle puisse être une bête de studio. Elle nous propose certes un travail propre, enjoué, rebondissant mais pas toujours passionnant. En fait, il vaut mieux la voir sur scène où elle se révèle être un véritable ovni. On ne peut pas raisonnablement tout à voir et on mesure là tout le chemin qui lui reste à accomplir. Pour autant, il y a de quoi espérer en des lendemains meilleurs et le fait qu'un Jimi Tenor ou une Warrior Queen puissent s'intéresser à elle montre que rien n'est tout à fait perdu. Glittermine n'est qu'une étape pour arriver ce qui devra être la pierre angulaire de son œuvre. On ne dira pas non plus qu'elle se cherche. Elle sait visiblement ce qu'elle veut. Le seul problème, pour l'instant, c'est que ce n'est pas toujours à la hauteur de son ambition.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 11-12-2013

A voir également :

http://jessieevans.net/

?>