.:.Chronique.:.

Pochette

Allard, Emmanuel

Nouvelles Upanishads du yoga

[Baskaru::2013]

|01 Antimoine|02 Refuge|03 Séance|04 Elan|05 Adelphi Wave (Pythian Walks)|06 L'art noir|07 Gold Rand|

D'abord connu sous le nom de Fabriquedecouleurs, Emmanuel Allard n'est sans doute pas le plus connu des concepteurs de musiques expérimentales mais il n'a pas vocation non plus à rester dans l'ombre toute sa vie. Après avoir sorti sur bon nombre de label comme Active Suspension, N-Rec, Dorodine, Grain of Sound ou Odorico et être intervenu dans le monde entier, le parisien sort pour la première fois un album sous son propre nom. Ceci dit, le titre pouvait faire peur. Que pouvions nous attendre d'un disque qui se réfère aux enseignements proféré par le yoga si ce n'est une tentative de musique relaxante que l'on fait généralement écouter à tous les dépressifs et psychotiques de la terre ? Mais bon, c'est comme dans un exercice de mathématiques, l'intitulé, il faut le lire jusqu'au bout pour en comprendre le sens. Et ici, rien que la présence du mot « nouvelles » il n'était pas difficile de comprendre que la direction prise par Emmanuel Allard ne serait sans doute pas celle qui s'est lamentablement installée dans l'inconscient collectif. Non, ce disque n'est pas dans cette sorte d'ambiant du pauvre, de nappes électroniques pour vieux hippies qui n'ont jamais réussi à redescendre de leurs derniers trips. Emmanuel Allard a une approche résolument expérimentale qui un rapport singulier avec les productions du GRM (Groupe de Recherches Musicales) où l'électroacoustique se confond avec la noise. Fabriqué avec un système hybride de modulation analogique/digital, ce disque reste dans la norme de ce qui se fait habituellement. Il s'applique néanmoins à ne pas tourner en rond et chaque pièce ou morceau se révèle comme une recherche dépassant le simple cadre de l'intellectualisme. Même si ces nouvelles upanishads ne sont pas proprement exceptionnelles, elles apportent clairement ce pourquoi elles ont été conçu. En somme, Emmanuel Allard a très bien fait son travail, proposant des morceaux autant minimalistes que bruitistes, rythmiques et abstraits mais en aucun cas on sera en face d'une musique clinique et sans âme. L'essentiel est sauf.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 04-12-2013

A voir également :

http://www.baskaru.com/

?>