.:.Chronique.:.

Pochette

Chokebore

Motionless

[Vicious Circle::1993 (réédition 2013)]

|01 Shine |02 Never|03 Van McCoy|04 Spear|05 Motionless|06 2nd Song|07 Nguyan|08 Coat|09 So Sour|10 Sãdãvia|11 60 000 lbs|12 Hit Me|13 Line Crush|14 Cleaner|15 Throats|16 29 Mile Wind|17 Line Crush|

Il est des rééditions qui font plaisir. Celle-ci est à mettre à l'actif de Vicious Circle qui remet en avant dans une édition vinyle ce premier album de Chokebore, groupe qui ne mérite vraiment pas de tomber dans l'oubli. Ce n'est certes pas sa première réédition depuis son apparition en 1993 sur Amphetamine Records mais chacune d'entre elle est un réel bonheur pour tout ceux qui n'ont pas les oreilles qui suintent. Quoi qu'il en soit Chokebore est bien à groupe à redécouvrir d'autant plus que celui-ci était déclaré en mort clinique depuis 2005. Ressuscité en cinq ans plus tard pour une série de concerts et un ep (Falls Best) on espère encore que le groupe de Troy Von Balthazar donne des suites le plus vite possible. Cependant la seule réelle nouvelle qui concerne le groupe est cette réédition vinyle qui comporte trois morceaux supplémentaire à savoir Throats, 29 Mile Wind et Line Crush, une version enregistrée alors que le groupe s'appelait encore Dana Lynn. Et puis bon, on célèbre ici aussi les vingt ans de la sortie de l'album et à fortiori l'existence du groupe. Pour toutes ces raisons, remettre en selle Chokebore paraît essentiel. Même s'ils n'ont jamais été vraiment été considéré comme les champions d'une génération, les américains ont toujours su tirer leur épingle du jeu et forcer le respect. Sans doute grâce à une discographie impeccable dont fait partie ce Motionless qui a été trop facilement classé dans la nébuleuse grunge tout simplement parce que Chokebore a tourné à ses débuts avec Nirvana alors en pleine bourre. En tout cas, Motionless casse tout de suite cette fausse image et montre que le background du groupe n'a pas grand chose à voir avec le grunge ou si peu. Chokebore est plus dans la lignée post-hardcore suivant les pas d'un Fugazi sans pour autant les singer. Lorsque sort ce disque, Chokebore a déjà un vécu. D'abord, on l'a vu, sous un autre nom, Dana Lynn, et on sent bien que pour Motionless le groupe n'est pas poussé par une sorte de précipitation qui les entraînerait dans une musique de l'à peu près. Non, Motionless est, pour un premier album, assez abouti et même s'il n'est pas parfait, il y a ici une vraie profondeur de vue et une belle maîtrise. C'est ici, le début d'une grande aventure.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-11-2013

A voir également :

http://www.chokebore.net/

?>