.:.Chronique.:.

Pochette

Die Krupps

The Machinists of Joy

[Synthetic Symphony::2013]

|01 Ein Blick zurück im Zorn|02 Schmutzfabrik|03 Risikofaktor|04 Robo Sapien|05 The Machinist of Joy|06 Essenbeck|07 Im Falschen Land|08 Part of the Machine|09 Eiskalter Engel|10 Nocebo|11 Im Schatten der Ringe|12 Bonus : Nazis auf Speed |13 Bonus : Industrie - Mädchen|

Bien sur, ce n'est pas de la récupération de mauvais goût. Comment pouvaient-ils prévoir que Lou Reed allait décéder deux jours après la sortie de The Machinists of Joy ? Tout le monde savait que l'ex Velvet Undergound avait subit en avril dernier une transplantation du foie. Tout le sait également que ce n'était pas anodin et qu'il avait de forte chances d'y rester étant donné le caractère sensible de cette partie du corps. Il y aura survécu six mois. Mais qu'on ne voit pas là dedans un quelconque opportunisme. C'est juste le fruit du hasard.

L'objet du délit ? La pochette. C'est la copie conforme de Metal Machine Music avec en lieu et place de Lou Reed, Jürgen Engler. Choisir de faire cette pochette, le groupe s'en explique. C'est l'hommage d'un groupe à un disque et à un artiste qui a fortement marqué le début de leur carrière. Cela ne va pas vraiment plus loin et y voir autre chose serait pour le moins déplacé. D'autant plus qu'il ne s'agit pas non plus pour Die Krupps de faire ici un album concept tendance bruitiste inaudible, fait de larsens à la limite du supportable. Non, Die Krupps reste sur la tendance qui a été la sienne ces dernières années. Rien de plus, rien de moins. Les allemands restent dans cet électro-dark-indus tendance EBM qui a largement fait ses preuves depuis bien longtemps. En ce sens Die Krupps est devenu un classique du genre et il est bien rare quand le groupe déçoit. Il n'y a sans doute pas grand chose de neuf chez eux mais le groupe est suffisamment expérimenté pour ne pas avoir à se louper sur ce disque. Et c'est bien ce qui se passe avec un The Machinists of Joy tout à fait plaisant avec de bons moments et des morceaux qui ne faiblissent pas et qui résonnent comme des hymnes EBM que tout le monde peut reprendre en effet de masse. Die Krupps est fidèle à sa réputation et on ne peut que s'en réjouir.

A noter que pour ceux qui détiendrait l'édition limitée, ils pourront apprécier deux morceaux supplémentaires sur lesquels interviennent les membres de Métal Urbain et Wolfgang Flür (Kraftwerk). Que du bonheur en soi...

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 01-11-2013

A voir également :

http://www.die-krupps.de/

?>