.:.Chronique.:.

Pochette

Alpha

Blueneck

[Don't Touch::2013]

|01 Sawbones (Alpha Remix)|02 Armando|03 Elipsis (Alpha Remix)|04 le:465 (Alpha Remix)|05 The Guest (Alpha Remix)|06 Industrial Junk|07 Lilitu (Alpha Remix)|08 Revelations (Alpha Remix)|09 Low (Alpha Remix)|10 The Last Refuges (Alpha Remix)|

Ceci est un disque d'Alpha sans en être vraiment un. En effet, aucun des morceaux ici présent est véritablement la propriété d'Alpha mais du groupe de Duncan Attwood (qui a lui même participé à Alpha) Blueneck. Ce disque n'est, en fait, qu'un travail de reconstruction de la part d'Alpha, de remixes dont ils ont seuls le secret et qui vous font facilement croire que nous avons affaire avec un véritable album de la formation de Corin Dingley. Pour autant, Alpha reste Alpha et il n'y a pas grand chose de neuf sous le soleil. C'est toujours aussi beau, magnifiquement produit, très aérien et d'une propreté à toute épreuve. Ne croyez pas que l'on s'ennuie. C'est tout le contraire. On se laisse facilement porter par ces morceaux doucereux et intelligemment modifiés. Si on a conscience que ce n'est pas totalement Alpha qui est derrière tout cela (la trame initié par Blueneck y est aussi pour beaucoup), l'effort porté ici par les anglais n'est pas anodin. Il fait montre de leur sensibilité qui a fait d'eux l'un des grands groupes de la décennie précédente. Bien sur ils n'ont pas été de ceux qui ont joué les premiers rôles jusqu'à l'overdose, bien qu'ils ne soient pas forcément à plaindre, mais leur signature sonore ne doit rien à personne et c'est bien celle-ci que l'on retrouve sur Blueneck. Il n'y a pas besoin de crier au génie. Alpha fait juste son taf, consciencieusement, amoureusement et avec une application rare. A la limite c'est tout ce qu'on leur demande et leur downtempo a toujours été de ceux qui tutoyait les sommets avec ceux de Massive Attack et de 4 Hero. Même s'ils ont pu connaître un passage à vide (et encore, il faudra s'entendre par passage à vide...) on ne peut que constater qu'Alpha est toujours pertinent aujourd'hui et ce presque vingt ans après leurs débuts. Blueneck et Duncan Attwood peuvent également leur dire merci car ce disque magnifie largement ce qu'ils ont pu faire sur leurs différents disques. Blueneck fait donc une pierre deux coups. Il nous confirme qu'Alpha est encore dans le coup (de toute façon un disque comme Eleventh Trip nous l'avait déjà suggéré) et nous fait découvrir un Blueneck sous un autre jour, nous forçant sans doute un peu la main pour aller un peu plus loin.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 28-10-2013

A voir également :

http://www.alphaheaven.com/

?>