.:.Chronique.:.

Pochette

Various Artists

Trevor Jackson presents Metal Dance 2, Industrial, New Wave, EBM, Classics & Rarities 79-88

[Strut::2013]

On ne pouvait pas rester sur une jambe. Le premier volume de Metal Dance conçu par Trevor Jackson nous a rappelé combien les années 80 ne furent pas un désert artistique. On le savait déjà mais cette compilation était un rappel on ne peut plus important. Le panorama proposé par ce double album était évidemment trop court et un second volume s'imposait. En fait, on pourrait bien en faire des dizaines sur le même thème tant il y a de la matière. Pour ce nouveau chapitre, Trevor Jackson a mis de côté le post-punk pour laisser la place à la new wave, la vraie, pas l'ersatz qui a longtemps pollué les ondes radiophoniques de la planète. Ici encore on rencontre quelques noms connus et incontournables comme Tuxedomoon, Skinny Puppy, Material, Esplandor Geometrico, Ministry, Test Dept, Front 242, Chris and Cosey ou Conrad Schnitzler, Les Liaisons Dangereuses et CHBB (ce qui pour les deux derniers revient presque au même puisque les deux formations comprenaient en leur sein Chrislo Haas et Beate Bartel). On note aussi la présence de groupes comme Propaganda et Visage qui montrent ici qu'ils valaient sans doute un peu plus que leur hit respectif à savoir P-Machinery et Fade to Grey et pour lesquels on les a très souvent résumé.

Cependant, cette compilation ne saurait reposer que ces quelques groupes. Les autres n'ont pas la même renommée mais les morceaux qui sont présents ici sont tout attrayants. De Vice Versa à Logic System en passant par l'hypnotique morceau de René Bandaly Family, Neon (déjà présent sur la première compilation), le très kraftwerkien Doris Norton ou les faussement naïfs Plus Instruments. Là encore, vingt-sept morceaux aussi improbables que symptomatiques d'une époque. Même s'ils ne bénéficient pas des mêmes moyens de production d'aujourd'hui, il faut avouer que tous ces morceaux ont bien traversé le temps. Ce qui, au départ n'avait rien d'évident. On avait même vu certains esprits éclairés qui, encore récemment, promettaient un oubli définitif à une musique considérée comme obsolète parce que synthétique. Aujourd'hui cette erreur de jugement est largement corrigée par des gens comme Trevor Jackson et, fort heureusement, il n'est pas un cas isolé. Dès lors vous avez le choix et Chrislo Haas vous le donne entre "être assis ou danser".

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 30-09-2013

A voir également :

http://www.strut-records.com/

?>