.:.Chronique.:.

Pochette

Otargos

Apex Terror

[Listenable::2013]

|01 Apex Terror|02 Fleshless-Deathless|03 For Terra|04 Remnant From a Long-Dead Star|05 Fallout|06 Xeno (Instrumental)|07 Drone|08 Aftermath Hyperion|09 Versus|

Trois ans après No God No Satan, c'est comme si Otargos prenait un nouveau départ. Nous l'avions déjà plus ou moins compris quand nous les avions vu au Ferrailleur à Nantes en mars dernier. Fini les corpsepaints, un line-up renouvelé et une direction musicale modifiée font que les bordelais nous présentent un Otargos renaissant. Le changement n'est pas aussi radical qu'on pourrait le penser. Ils ne se sont quand même pas mis à faire de la pop ou de la techno. Nous n'en sommes heureusement pas là. C'est juste que le black metal des dernières années s'est transformé en quelque chose de plus épais encore avec de lourdes tendances death qui étaient quasi inexistantes auparavant. Cependant, il n'y a pas de surprises sur ce changement d'orientation, le groupe ayant déjà communiqué là-dessus exprimant son désir de changement. A ce niveau, donc, personne ne sera déçu. Reste à savoir, désormais, si ce changement est réussi et s'il apporte vraiment quelque chose au groupe. Parce que oui, c'est bien beau de vouloir changer de peau mais encore faut-il que celle-ci vous aille.

Dans le fonds, Otargos évite la routine, prend de la hauteur et montre qu'ils sont aussi capable de jouer autre chose que ce pourquoi ils étaient connus. Peut-être y a t-il encore quelques réglages à faire mais Otargos prouve ici que le groupe est en train de réussir sa mue. A l'aise dans tous les compartiments de son jeu, la formation bordelaise propose un ensemble homogène et sévèrement musclé où Dagoth se fait un malin plaisir à jouer les maîtres de cérémonies torturés qui impose sa poigne et son chant qui, au fil des années, n'a fait que prendre de l'ampleur. Avec Apex Terror, Otargos prend clairement une autre dimension mais il a aussi tout intérêt à ne jamais lâcher la bride ni se laisser aller à la facilité. En prenant le parti d'un Black/Death plus frontal, ils ont prit un risque que d'autres n'aurait sûrement pas effleuré. Après écoute, on peut se dire que ce pari est en parti gagné mais qu'il y a encore des batailles à mener. Pour autant, Otargos est comme une citadelle et elle n'est pas près de s'écrouler.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 20-09-2013

A voir également :

http://www.otargos-terror.com/

?>