.:.Chronique.:.

Pochette

Mathieu, Stephan

Un cœur simple

[Baskaru::2013]

|01 Maison|02 Mémoire|03 Eglise|04 Port|05 Perroquet|06 Devenir sourd|07 Félicité|08 Trace|

Prolifique, Stephan Mathieu ne s'arrête jamais. Il fait partie de ceux qui ont cette capacité à créer sans cesse, à renouveler leurs idées et les mettre sur pieds en peu de temps. Rien que pour cette année, Stephan Mathieu a sorti trois albums (dont un en collaboration avec David Sylvian), fait une apparition sur une compilation et s'est produit à de nombreuses reprises dont actuellement dans un projet monté avec David Sylvian (ex-Japan) et Christian Fennesz sous le nom de The Kilowatt Hour. De fait, il est pas toujours aisé de suivre le bonhomme dans tout ce qu'il fait même si ce n'est pas insurmontable. Un cœur simple fait donc parti du flot de ses activités et si ce titre vous dit quelque chose c'est vous l'avez déjà vu chez Gustave Flaubert. En effet, ce disque est l'incarnation d'une musique créée pour une pièce adaptée de la nouvelle de l'auteur français. Pour faire prendre forme à cette histoire issue du passée, Stephan Mathieu a utilisé tout un matériel qui, pour bon nombres d'entre nous, relève de l'obsolète ou d'une technologie dépassée. Mais, Stephan Mathieu, tout n'est pas à mettre au rebut et certaines choses peuvent encore avoir leur utilité. Une idée qui est d'autant plus vraie lorsqu'il s'agit de musique. Pour ce faire, à l'électronique, il s'emploiera à utiliser des 78 tours ou des cylindres en cire qui s'adaptaient sur les premiers phonographes ainsi que d'autres instruments plus acoustique. Ce qui ressort de cet album c'est ce sentiment de légèreté, d'apesanteur béate qui touche au merveilleux mais aussi à l'onirique. Stephan Mathieu essaye ainsi d'approcher au plus près de l'œuvre de Flaubert dont l'un des personnages s'appelle Félicité qui, au fil de l'histoire, se réfugie dans un monde intérieure qui rythme la vie et la déchéance progressive de l'héroïne. Ainsi, cet album agit comme une sorte de rêve éveillé, cotonneux mais à la lumière pâle et apaisante. Il ne s'agit pas ici de créer de long drones molletonnés mais bien de décrire la vie d'une femme qui ne vivra que dans l'espérance d'une affection qui ne viendra pas vraiment. La lenteur est alors de rigueur ici mais en aucun cas elle ne saurait brider les efforts de Stephan Mathieu pour enrichir le propos. Disque lumineusement beau, Un cœur simple est une œuvre profondément sensible qui est bien digne des écrits de Flaubert. Une réussite donc.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 10-09-2013

A voir également :

http://www.bitsteam.de/

?>