.:.Chronique.:.

Pochette

Yuck

Glow & Behold

[Fat Possum::2013]

|01 Sunrise in Maple Shade|02 Out of Time |03 Lose My Breath|04 Memorial Fields|05 Middle Sea|06 Rebirth|07 Somewhere|08 Nothing News|09 How Does it Feel|10 Twilight in Maple Shade (Chinese Cymbals)|11 Glow & Behold|

Franchement, il y a des fois où on peut se demander pourquoi il peut y avoir autant de foin autour d'un groupe. C'est le genre de question que je me pose facilement quand j'entends une formation comme Yuck. Avec leur premier album, ils avaient quand même recueilli pas mal d'avis favorable avec leur rock tout droit issu des 90's, enfin du moins ce qu'elles ont générés de mieux. On ne peut pas leur enlever ça. Yuck ont du goût. Et ce goût ils le cultivent bien mais est-ce que cela valait le coup ? Est-ce que aujourd'hui cela vaut toujours la peine de les mettre sur le devant de la scène en sachant qu'ils ne font que ressusciter une certaine idée de l'indie rock qui avait court il y a un peu plus de vingt ans ? Bon, ce n'est pas totalement sur quand même. Ceci dit, Yuck n'est pas un groupe à prendre à la légère. Et on se demandait bien comment ils allaient nous revenir sachant que Daniel Blumberg, leur chanteur, avait quitté le navire. C'est Max Bloom qui a pris la relève sans que personne n'ait eu à y redire. Glow & Behold se voudra alors comme une continuité logique et c'est vraiment ce que cet album est. Une continuité vers le passé qui ne peut que parler à des gens qui l'ont vécu pleinement. Les autres pourront peut-être prendre Yuck pour quelque chose de réellement neuf. Ceux qui ont un peu de bouteille et sans être un grand érudit sauront faire la différence. Pour autant Yuck fait du bon boulot. Du classique, enfin avec les oreilles d'aujourd'hui, mais du classique quand même. On peut penser à plein de choses, Yuck reprenant de manière assez flagrante des sonorités et des structures musicales qui ont marqués leur temps. Un morceau comme Rebirth, par exemple, ne peut faire que penser à My Bloody Valentine. Chacun des titres peut faire référence à un groupe en particulier. Pas un en réchappe. C'est presque un pillage en règle mais, au moins, Yuck ne trahit la pensée de personne. Le travail est léché, fidèle à ce qui était resté dans nos mémoires et les britanniques nous apparaissent comme des gens très respectueux. Pas de rébellion à l'horizon donc, juste un groupe qui soigne la forme et ce plutôt bien.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 09-09-2013

A voir également :

https://www.facebook.com/yuckband

?>