.:.Chronique.:.

Pochette

Charlemagne Palestine + Z'ev

Rubhitbangklanghear Rubhitbangklangear

[Sub Rosa::2013]

|01 Duo C/Z #1|02 Duo C/Z #2|03 Duo C/Z #3|04 Solo C #1|05 Solo Z #1|06 Solo Z #2|

Incroyable ! Depuis le temps qu'ils se connaissent Charlemagne Palestine et Z'ev n'auront que très peu travaillé ensemble. Deux fois en tout et pour tout. Et encore, ce double album est leur premier enregistrement alors que leurs chemins se croisent depuis un peu plus de vingt ans, si ce n'est plus. En tout cas ce disque, dont le nom n'est pas le plus facile à retenir si ce n'est par sa difficulté, se devait d'exister et a été à l'initiative de Z'ev après qu'il eut vu et entendu un carillon dans le studio de Charlemagne Palestine à Bruxelles. C'est dans ce « Charleworld » que pendant trois jours les deux hommes se sont évertués lors de sessions live à faire se rencontrer l'univers carillonnant de Charlemagne Palestine et les percussions feutrées et abstraites de Z'ev. En premier lieu ce qui est impressionnant c'est le dispositif mis en place. On imagine assez mal que la chose puisse être reproduite ailleurs tant c'est impressionnant. Enfin c'est surtout l'ensemble des cloches utilisées par Charlemagne Palestine qui est fatalement des plus encombrant.

Quoi qu'il en soit cet album se divise en deux parties. Le premier disque propose trois pièces où Charlemagne Palestine et Z'ev interviennent ensemble. Sur le second, trois autres morceaux mais dans lesquels ils jouent séparément (un pour Charlemagne Palestine et deux pour Z'ev). Au premier abord on se dit que tout cela se ressemble fortement et que l'intérêt du disque est assez mineur. Pour autant c'est mal connaître ces deux icônes des musiques expérimentales et hors champs. En réduisant sciemment l'étendue instrumentale, les deux artistes ont eu ce parti pris de donner une coloration identique à chacune de ce que l'on peut appeler des improvisations. Donc, oui, dans la forme c'est la même chose mais Charlemagne Palestine et Z'ev se servent de cette forme pour échapper aux lignes trop droites. Si l'aspect introspectif de la chose peut nous aider à appréhender toutes les nuances (et elles sont nombreuses) de l'album, on reste admiratif sur le fait qu'il n'y ait jamais de répétitions dans ce qu'ils font. Après, est-ce que cet album est ce qu'ils ont fait de mieux ? Pas forcément mais ce n'est pas non plus le plus négligeable.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 04-09-2013

A voir également :

http://www.charlemagnepalestine.org/Charlemagne_Palestine_WebSite/Welcome.html

http://www.rhythmajik.com/

?>