.:.Chronique.:.

Pochette

Young Galaxy

Ultramarine

[Paper Bag::2013]

|01 Pretty Boy|02 Fall for You|03 New Summer|04 Fever|05 Hard to Tell|06 What We Want|07 Out the Gate Backwards|08 In Fire|09 Privileged Poor|10 Sleepwalk With Me|

Je vais finir par maudire The Knife. Non, mais franchement, depuis qu'ils ont explosé à la face du monde, on ne compte plus ceux qui prennent le même chemin avec cette dream pop éléctronique post abbaesque aux relents simili mystiques. Bon, exit le mystique pour Young Galaxy mais quand même ! Au début, on prend ça comme une bénédiction, une bonne émulation et puis, petit à petit, on commence à se sentir envahit jusqu'à ce que la nausée vous prenne. Alors quand un disque comme Ultramarine vous arrive entre les mains, votre première envie c'est d'en faire des confettis. Alors quand on met le disque, on s'attend au pire, une pop glacée, esthétique et plastique qui serait remplie de maniérisme. En fait, c'est déjà tout ça à la fois mais, bizarrement, la chose arrive à passer sans que l'on déglutisse de dégoût. Que se passe t'il ? Rien de spécial. C'est juste que Ultramarine n'est pas le naufrage qu'on pouvait prévoir. Nous sommes assez loin du chef d'œuvre et certains morceaux sont assez anecdotiques mais il y a cette manière de faire passer tout ça avec une belle délicatesse et un charme synthétique pour le moins maîtrisé. Les canadiens de Young Galaxy ne sont pas des imbéciles et pour réaliser ce disque ils sont allés en Suède (leur trois précédents albums ont été construits au Canada), l'endroit où ce genre de pop à ses meilleurs représentants. Dan Lissvik (Studio), qui était déjà de l'aventure Shapeshifting, fait ici un boulot de production particulièrement léché et n'est donc pas étranger au fait qu'Ultramarine soit un disque beaucoup plus acceptable qu'on ne l'aurait cru. La vraie surprise ici c'est que l'on ne soit pas déçu même si on a conscience qu'Ultramarine atteint assez vite ses limites. Ce n'est pas bien grave dans le fonds, le résultat reste globalement satisfaisant, Young Galaxy évitant d'être dans une lourdeur qui les aurait condamné à coup sur. Dans le genre album très stylisé, Ultramarine tire donc largement son épingle du jeu. On souffle de soulagement. On a vraiment cru qu'on allait passer un sale moment.

note : 7

par Fabien, chronique publiée le 18-06-2013

A voir également :

http://younggalaxy.com/

?>