.:.Chronique.:.

Pochette

Morgenstern, Barbara

Sweet Silence

[Monika Enterprise::2012]

|01 Sweet Silence|02 Need to Hang Around|03 Kookoo|04 Spring Time |05 Jump into the Life-pool|06 Bela|07 Highway|08 Night-time Falls|09 The Minimum Says|10 Auditorium|11 Hip Hop Mice|12 Status Symbol|13 Love Is in the Air, But We Don't Care|

J'ai toujours aimé Barbara Morgenstern et ce depuis le début. Elle ne m'a jamais déçu et ce à chaque album. Il fallait bien qu'un jour cette ferveur retombe. Et pourtant, avec Sweet Silence, l'allemande ne donne pas l'impression de baisser de ton. En fait, rien n'a vraiment changé dans son univers. Tout y est bien en place. On reconnaît sa patte, son écriture, sa logique mélodique qui ne l'a jamais vraiment quitté depuis ses premiers essais. Et c'est peut-être ça qui est décevant dans le fond. Parce que si tout est un peu comme d'habitude, du moins dans la forme, on décèle quand même un petit manque. On a l'impression que s'est installé une espèce de routine, comme si elle était rentrée dans une spirale, un peu inquiétante, de ces gens qui font les choses machinalement. Si on est assez loin du désastre, Sweet Silence est sans doute pour la première fois un disque moyen dans la discographie de la jeune femme. On écoute alors cet album sans passion, sans enthousiasme débordant avec ce sentiment qu'il y avait sans doute de la place pour autre chose et que Barbara Morgenstern est un peu en manque d'inspiration malgré des efforts évidents. Avec Sweet Silence elle rentre dans le rangs mais ce n'est sûrement pas définitif d'autant plus que ce disque possède encore quelques valeurs bien senties. Mais celles-ci ne sont pas suffisantes et ne peuvent que faire espérer un rebond de la jeune femme et l'on en sait capable. Il suffirait d'un rien, retrouver ce petit déclic qui était tout le temps présent sur ces précédents albums et qui fait cruellement défaut ici. Avec Sweet Silence, Barbara Morgenstern se standardise. Il faut juste qu'elle fasse attention que cela ne devienne pas une habitude.

note : 6

par Fabien, chronique publiée le 24-05-2013

A voir également :

http://www.barbaramorgenstern.de/

?>