.:.Chronique.:.

Pochette

Lichtenberger, Grischa

And IV (Inertia)

[Raster-Noton::2012]

Comme beaucoup de ses congénères, Grischa Lichtenberger a plusieurs cordes à son arc et la musique en l'une d'entre elles. Ce qui l'intéresse en particulier c'est le processus de l'art et de la création en général. De fait, la musique n'est qu'un instrument parmi d'autres, un vecteur, pour arriver à ses propres fins. Pour ce premier album réalisé pour le label Raster-Noton (il avait auparavant déjà fait un ep et participé aux Unun-Series) il s'est servi d'un projet qui, à la base, devait être plus littéraire que sonore. L'idée de départ était de « considérer qu'il est impossible de traiter le sujet d'un espace vital comme Berlin sans être frappé la stylisation » de l'endroit même. Sur cette idée il a bifurqué sur la musique en usant de field recordings et de traitements électroniques fait de brisures, d'algorithmes aléatoires et surprenants sans perdre de vue un certain côté dansant et cliniquement vivant. En fait, et contre toutes attentes, Raster-Noton, avec des artistes comme Grischa Lichtenberger (mais on peut aussi penser à Byetone, Kangding Ray ou dans un certain sens Atom tm), est en train de se démocratiser, de se rendre plus accessible mais sans verser dans le grand public ou dans la musique qui sent plus le surgelé que le produit frais. Il faut savoir raison garder aussi. Si Grischa Lichtenberger reste dans un cadre plus qu'angulaire et dont le concept de cet album est tout même à des années lumières de la logique des dancefloors. La logique qui est ici appliquée est purement géométrique, esthétique et moderniste mais elle garde une grande liberté d'action et une souplesse d'exécution assez admirable. Lichtenberger tort ainsi le cou à l'idée reçue que toute musique aux atours abstraits se voudrait obligatoirement réservée aux initiés. L'allemand n'a sans doute pas cette vocation de se rendre accessible au plus grand nombre. Ici, il poursuit son aventure pluridisciplinaire qui ne saurait se dissocier de ses autres marottes. And IV (Inertia) est un modèle d'abstract-techno qui peut rappeler les grandes heures de l'IDM. Warp, qu'est tu devenu ?

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 03-05-2013

A voir également :

http://grischa-lichtenberger.com/

?>