.:.Chronique.:.

Pochette

Pascal Pinon

Twosomeness

[Morr Music::2013]

|01 Ekki Vanmeta |02 Perney (One Thing)|03 Somewhere|04 Evgeny Kissin|05 When I Can't Sleep|06 Annar Logi|07 Kertið |08 Sumarmál |09 Bloom|10 Fernando|11 Good and Bad Things|12 Rifrildi|

On ne sait pas trop pourquoi les sœurs Akadottir ont nommé leur groupe Pascal Pinon. Peut-être que pour un autre francophone cela peut avoir un certain charme. Mais pour nous, c'est comme si elles s'étaient appelé Michel Palourdieau ou Jean-René Granion, c'est aussi sexy que mon arrière grand-mère en petite tenue. Mais bon, ici, les deux jeunes femmes n'ont pas vraiment pris ce nom par hasard. Il renvoie à ce personnage qui fut connu au début du XXème siècle comme le mexicain à deux têtes et qui s'exhiba de foires en foires avec le Sells-Floto Circus. Pascal Pinon, le groupe cette fois-ci, est un peu à l'image du véritable personnage. Entité bicéphale et indissociable, les deux sœurs Akadottir qui forment ce groupe font de la musique ensemble depuis leur adolescence et ne se quittent plus vraiment, comme si elles ne pouvaient plus vivre séparément. Après quelques expériences en autoproduit, le duo fini par se faire repérer par le label Morr Music. Fatalement, cela leur ouvre des portes et pour ce nouvel album, alors qu'Asthildur va toujours à l'école, c'est Alex Somers (Sigur Ros) qui le produit. De nouveaux moyens, un nouvel entourage qui leur permet d'avoir une exposition tout à fait inattendue pour ces deux jeunes femmes qui n'ont guère quitté l'Islande de leurs vies. Pour autant, il faut faire attention aux formations que l'on présente comme atypique. Même si elles le sont en apparence, le contenu qu'elles proposent le sont souvent moins. Twosomeness a le visage d'un album qui respire les ambiances à la Cocorosie, la fragilité intimiste aux couleurs sépia et le DIY qui s'épanouit entre quatre murs mais qui donne l'impression que tout se passe en plein air. Si le charme opère, il ne doit pas faire illusion pour autant. Il faut avoir conscience que Pascal Pinon, le groupe, pas l'autre, n'a rien d'original en soit même si ceux qui sont dans la même veine qu'elles et qui les ont précédés ne sont pas si nombreux. On ne vous fera pas le coup du déjà entendu ou d'une originalité au rabais. Pascal Pinon n'en est pas encore là. Twosomeness agit comme une épopée onirique qui ne se vit que dans les brumes. Dans le fonds, ce n'est peut-être pas très surprenant mais les rêves ne le sont pas toujours. Cela nous empêche pas de les trouver toujours beaux.

note : 7.5

par Fabien, chronique publiée le 01-05-2013

A voir également :

http://pascalpinon.com/

?>