.:.Chronique.:.

Pochette

Gratuit

Délivrance

[Kythibong / Ego Twister / Lespourricords::2012]

|01 Seul|02 La Promesse|03 Feu|04 Territoire (avec Julia Lanoë)|05 L'odeur de la chair|06 Mes lumières, mes veines (avec Françoiz Breut)|07 Partir|08 Tout casser|09 Le silence des chiens|10 L'omega|

On ne va jamais s'en sortir. Comme tout revival qui se respecte on sait pertinemment que la bulle se dégonfle quasiment aussi vite qu'elle est apparue. Ca dure deux, voire trois ans et finalement, malgré quelques soubresauts, on finit quand même par passer à autre chose. Une fois n'est pas coutume, avec les 80's, c'est loin d'être le cas. On croit pouvoir en réchapper mais il y a toujours un ou des petits malins pour relancer la machine, alimentant une spirale qu'on va finir par croire sans fin. Les exemples les plus récents sont quand même Kavinsky et Lescop qui, même s'ils subissent quelques ricanements, ont fait un peu plus qu'occuper le terrain. Là-dessus arrive Gratuit dont on ne peut dire qu'il profite d'une situation tant le rapprochement avec les sus-cités est proche. D'ailleurs, c'est un peu pas de bol pour Antoine Bellanger (l'homme qui se cache derrière le nom de Gratuit) parce qu'il aurait peut-être eu une meilleure audience. Oui, parce que ce second album (comme quoi, il n'a quand même rien piqué à ses contemporains) a de réelles qualités en distillant une synth-pop radieusement pessimiste à faire grincer des dents ceux qui ne jurent que par la sacro-sainte guitare.

Antoine Bellanger, donc, que l'on a déjà croisé avec Belone Quartet, n'est pas un lèche godasse, faiseur putassier qui sentirait le bon filon dans la pop synthétique made in 80's. Déjà dans Belon Quartet il y avait déjà cette influence générationnelle et Gratuit s'impose alors comme une suite logique dans ce qui était déjà évoqué dans son ancien projet. Electronique jusqu'au bout des ongles, Délivrance renvoie à une esthétique pop plus frenchies qu'anglo-saxonne. Alors ce parallèle que fait le label Kythibong avec Etienne Daho n'est pas inopportun. C'est même assez pertinent mais Antoine Bellanger va un peu plus loin en s'extirpant subtilement des clichés trop ringard du genre en ce concentrant sur la qualité même des chansons et en évitant de les rendre ridicules. Pour ce faire il s'engage sur une voie qui exclue les fantaisies trop flashy. Non, Gratuit est dans une veine plus cold, plus mélancolique, pessimiste et existentielle mais sans que la forme des chansons soient psychorigide pour autant. On a reproché a Kythibong (alors qu'ils le sortent en association avec Ego Twister et Lespourricords) de sortir un disque électronique alors que ce n'est pas leur créneau d'origine. C'est oublier un peu vite que Rien était déjà paru chez eux et qu'Antoine Bellanger fait parti de ce microcosme Nantais qui fait les beaux jours de nombreux d'entre nous. On aura beau jeu de taper sur ce disque, surtout si on n'a jamais rien compris ce à quoi il se réfère, mais il n'en demeure pas moins qu'il recèle de beaux petits bijoux synth-pop et c'est vraiment tout ce qui compte.

note : 8

par Fabien, chronique publiée le 13-04-2013

A voir également :

http://gratuit.bandcamp.com/

?>